Un corps de dieu grec

Été olympique oblige, Adravasti met le sport à l’honneur. Alors aujourd’hui nous discutons musculation !

Il se trouve que je connais un peu l’univers de la « muscu » car l’un de mes cousins est, justement, ce qu’on appelle dans le jargon un « coach ». Pas du genre à vous hurler dessus, plutôt le genre bienveillant et… incollable sur tout ce qui touche à la nutrition. Mais quand on demande autant à son corps, logique de prêter une attention toute particulière à ce qu’on met dedans, non ? 

Après ce que vous lirez ci-dessous, vous comprendrez pourquoi les adeptes de la salle de sport vouent, comme moi, une vraie passion pour l’huile d’olive. 

Voici les quatre raisons pour lesquelles huile d’olive et musculation font bon ménage. 

Les tablettes de chocolat de l’Hercule Farnèse de Lysippe (IVème siècle av. J.-C.).

Raison n°1 : Des kilocalories à ne plus savoir qu’en faire 

Faire du muscle, ça demande beaucoup, beaucoup, d’apport calorique. Donc autant les consommer le plus rapidement possible, ça laisse du temps pour pousser de la fonte. 

Justement, l’huile d’olive, ce n’est que du gras. Oui, 100% de lipides. Ce qui m’a d’ailleurs toujours fait rire quand je rédige l’obligatoire « tableau nutritionnel européen » sur le côté du bidon. 

Valeurs nutritionnelles pour 100g : 

Gras : 100g
Toutes les autres catégories : 0g

En conséquence, si vous vous amusez à boire un demi-verre d’huile d’olive au réveil, soit 100ml, vous aurez du même coup ingurgité pas moins de 900kcal. Pour la plupart d’entre nous, c’est beaucoup. Mais pas pour l’acteur américain et ancien catcheur Dwayne « The Rock » Johnson  (qui était accessoirement l’acteur le mieux payé d’Hollywood en 2020 pour la deuxième année consécutive) capable d’avaler 6 000 calories…. en un seul repas. 

Abdominaux latéraux et vascularisation chez le Discobole de Myron (450 avant JC).

Raison n°2 : L’amie des tubes digestifs

On dit que l’huile d’olive est un aliment eupeptique, du grec εὖ (eu) « bon » et πεπτικός (peptikos), « digestif ». Cela signifie qu’elle facilite la digestion. Pour un sportif, il s’agit donc de calories propres, de celles qui apportent de l’énergie sans en retirer en sous-main, vous forçant à la sieste après le repas. 

Comment ? Consommée à jeun, l’huile d’olive accélère les contraction de la vésicule biliaire. Ce qui est pratique puisque la vésicule produit justement une bile qui facilite la digestion des graisses. Et ce n’est pas tout ! Parce qu’elle lubrifie toutes les parois par où elle circule, l’huile d’olive assouplit tout le système digestif. On lui dit merci. 

L’impressionnant V abdominal, que l’on appelle aussi « ceinture d’Apollon » du Doryphore de Polyclète (440 avant JC).

Raison n°3 : La blessure reste au vestiaire

Quand on passe beaucoup de temps à faire des « développé couché », la déchirure musculaire n’est jamais loin. Ça tombe bien, l’huile d’olive est bourrée d’oléocanthal aux propriétés anti-inflammatoires. Non, l’oléocanthal n’est pas la rencontre entre l’olive et notre fameux fromage du massif central mais un composé organique de l’huile. Je vous épargne le dessin de sa molécule chimique et je passe plutôt à l’histoire, assez jolie, de sa découverte. Alors que le biologiste américain Gary Beauchamp participe à une dégustation d’huile d’olive en Sicile, il est frappé par la sensation poivrée qu’il ressent dans la gorge. Ce petit picotement* lui est étonnamment familier. Après quelques instants d’hésitation, il n’a plus de doute : c’est le même que celui provoqué par l’ingestion d’ibuprofène liquide, le médicament anti-inflammatoire bien connu sur lequel il travaillait dans le passé. De retour dans son labo, il consacre plusieurs années à démontrer le lien entre l’huile d’olive et la lutte contre l’inflammation. 

Depuis, ses travaux ont été validés par de très nombreux scientifiques et athlètes du monde entier qui utilisent l’huile d’olive pour récupérer après un effort musculaire. 

Deltoïdes et pectoraux du prêtre (oui oui, c’est un prêtre) troyen Laocoon, Groupe du Laocoon (40 avant JC).

Raison 4 : Accepter de perdre pour mieux gagner ? C’est non**

Pour faire du muscle, il ne suffit pas de produire du muscle nouveau, il faut aussi s’assurer de ne pas perdre le muscle existant. Notre corps passe en effet son temps à dégrader les composés chimiques de notre corps, les fibres musculaires notamment, pour produire de l’énergie. Énergie utilisée, au hasard, pour faire des tractions.

Justement, le professeur-chercheur en nutrition Douglas S. Kalman affirme que l’huile d’olive agit comme un nutriment anti-catabolique. C’est à dire comme un agent spécial en mission pour sauver les protéines musculaires. Je ne rentre pas plus dans le détail parce qu’il faudrait que je vous parle d’une sombre protéine cellulaire qui répond au doux nom de « TNF-α » mais croyez le sur parole : les abdos-fessiers c’est bien, accompagnés d’un peu d’huile d’olive, c’est mieux.
Vous êtes convaincu.e ? Et pourtant je ne vous ai même pas parlé des tonnes d’anti-oxydants qui luttent contre le vieillissement des cellules, de la vitamine A très utile dans l’entretien des fibres musculaires, de la vitamine C pour l’énergie…

D’ailleurs, le lien entre préparation physique et huile d’olive ne date pas d’hier. Dans les gymnases de la Grèce Antique, les jeunes éphèbes se frottaient le corps d’huile d’olive et de sable avant les entrainements pour se protéger du soleil. Puis, elle était utilisée comme huile de massage pour soulager leurs muscles endoloris. Le spécialiste de l’épigraphie, l’étude des inscriptions gravées, et de l’histoire hellénistique, le bien-prénommé Olivier Curty a même découvert que certains gymnases pouvaient fermer leurs portes plusieurs mois pour cause de pénurie d’huile. C’est dire son importance dans le rituel sportif antique. 

En conclusion, à l’intérieur ou à l’extérieur, une chose est sûre : en ces temps pré-olympiques, l’huile d’olive ne peut faire que du bien. 

* que l’on appelle aussi l’ardence 
** Point de vue partagé par Kylian Mbappé

Un gars, une fille

(et toute une nation qui n’y croyait plus)

Cette édition 2021 de Roland Garros est à marquer d’une pierre blanche (et bleue). Non seulement Stéfanos Tsitsipás a atteint la finale mais sa compatriote Maria Sakkari est, quant à elle, arrivée en demi-finale du tournoi*. Une première des deux côtés.  

« Un moment fantastique pour le tennis grec » dira-t-elle en conférence de presse. C’est peu dire ! Car précédemment, la Grèce s’était plutôt illustrée par son absence dans les tournois du Grand Chelem. 

Oui, il y a bien eu Pete Sampras, ce « grec d’Amérique » et le colérique Marcos Baghdatis né à Chypre d’une mère grecque… Mais on doit l’avouer, les résultats n’étaient pas glorieux pour une nation qui s’est tant de fois illustrée dans les sports d’équipe. 

Pourtant, tout avait bien commencé. À l’occasion des premiers Jeux Olympiques de 1896, est construit à Athènes l’un des tous premiers clubs de tennis au monde, L’Athens Lawn Tennis Club. Mais rapidement, les espoirs d’en faire un centre de formation pour jeunes sportifs laissent la place à un lieu de rassemblement pour riches expatriés. Un petit sursaut s’observe dans les années 1980 avec la création du tournoi ATP d’Athènes sur terre battue, en 1986. Mais dès 1990, les organisateurs renoncent au tournoi féminin… avant de renoncer tout court en 1994. Depuis, c’est la dégringolade. Une fédération corrompue, discréditée, portée un président magouilleur et une totale incapacité à faire émerger des talents. 

Jusqu’à l’arrivée de nos deux cracks.

Comment explique-t-on leur ascension ? Il semble malheureusement que la réponse se trouve plus du côté de leur parcours individuels que celui d’une politique nationale efficace. D’un côté Tsitsipas est le fils d’une joueuse de tennis pro d’origine russe, qui a converti son Grec de mari au sport avant d’emmener, à deux, le petit Stefanos sur les cours dès l’âge de trois ans. De l’autre, Maria est la fille d’Angelikí Kanellopoúlou, ancienne pro et 43ème au classement WTA en 1987, à la grande époque de la création du tournoi d’Athènes justement. Elle-même étant la fille de Dimítrios Kanellopoúlos, joueur de tennis professionnel au parcours moins flamboyant. Peu dire que ces deux là sont dotés d’un patrimoine sportif qui jouait sacrément en leur faveur. 

Mais qu’importe ! La Grèce capitalise désormais sur leurs stars qui ouvrent la voie à toute une génération, à commencer par Pétros, le petit frère de Stéfanos de 20 ans, actuellement numéro 920 mondial. Rendez-vous pour les JO de Tokyo ou nous retrouverons Maria et Stefanos, en double mixte, s’il vous plait !

Ouvrons ensemble la boîte de Pandore

Si le mythe de Pandore prouve, une fois de plus, que Forest Gump avait raison (la vie, c’est comme une boîte d̶e̶ ̶c̶h̶o̶c̶o̶l̶a̶t̶ , on ne sait jamais sur quoi on va tomber), il pose surtout de nombreuses questions quant à son interprétation. Il a fasciné Goethe, Camus et Bernard Weber, alors pourquoi pas vous ?

Commençons par le commencement : le mythe. 

Pandore est la première de toutes les femmes. C’est Hésiode, dans sa Théogonie qui nous en livre le récit le plus complet. Mortelle, elle est forgée en argile par l’adroit Hephaistos à la demande de son père, Zeus. Pour achever son oeuvre, le rois des Dieux convoque Athéna, qui confère à Pandore l’habileté, Aphrodite, qui lui donne la grâce et les désirs dévorants ainsi qu’Hermès, qui insuffle chez elle la perfidie. Enfin, il lui donne un nom, Pandore, du grec πᾶν (tous) δῶρον (le don), celle dotée de « tous les dons ». 

Mercure transportant Pandore de Jean Alaux dit Le Romain, milieu du XIXème siècle

Cette création est tout sauf innocente : Zeus cherche à se venger de Prométhée, qui a volé le feu pour l’offrir aux hommes. Par l’intermédiaire d’Hermès, Pandore est donc offerte en mariage à Epiméthée, frère de Promethée. Hélas, celui-ci est aussi idiot que son frère est malin et, trop occupé à admirer la beauté de sa future épouse, il ne se doute de rien et accepte volontiers la proposition. 

Mais avec elle vient une boîte* mystérieuse, que Zeus lui avait malicieusement ordonné de ne pas ouvrir. La curiosité de Pandore est trop forte et celle-ci ouvre la boîte, libérant ainsi tous les maux de l’humanité à commencer par la vieillesse dont les hommes étaient jusqu’alors préservés. Seule l’espérance, Elpis, tout au fond de la boîte, est retenue. 

Détail de la Pandore de Ruxthiel. Rendez-vous plus bas pour la voir en entier et de face !

L’histoire de « la boîte de Pandore », passée dans le langage courant, nous est familière. 

Et pas seulement pour des raisons linguistiques ! Elle ressemble en effet étrangement à une autre histoire, fondatrice, s’il en est, de notre civilisation judéo-chrétienne : celle d’Ève et du fruit défendu. En croquant dans la pomme, n’a-t-elle pas, comme notre Pandore en ouvrant sa boîte, transgressé l’interdit et apporté tous les malheurs sur la Terre ? Mais n’oublions pas que dans les deux cas, ces premières femmes ont aussi apporté la connaissance à l’humanité. Bref, dans la Genèse comme dans la Théogonie, sans l’arrivée des femmes, les hommes semblaient destinés à rester de parfaits imbéciles heureux. 

Mais ce qui me trouble le plus dans ce mythe, c’est l’apparition de l’espoir. Pourquoi diable l’avoir mis dans le même sac (ou devrais-je dire boîte) que tous les autres maux de l’humanité ? Et plus encore, pourquoi le laisser dans la boîte ? L’espérance n’est-elle pas un sentiment terriblement humain ? 

Ici, la question de la traduction est majeure. Jean-Pierre Vernant, grand spécialiste de la Mythologie dont je vous ai souvent parlé, explique que le terme grec utilisé par Hésiode, Elpis, fut traduit à tort par « espoir ». Elpis signifie en réalité l’attente, l’expectative. Et dans ce nouveau monde où les malheurs ont submergés les humains, l’attente peut être terrible et douloureuse. Si la vieillesse et la mort nous guettent, que faire de cette espérance ? Comment entreprendre ou rêver sans être paralysé par une attente stérile ? 

Elpis reste donc dans la boîte et permet, toujours selon Vernant, aux humains de vivre dans une contradiction riche, celle d’un monde entre espérance et anxiété. La contradiction entre le présent, personnifié par le benêt Epiméthée, et le futur, que symbolise Prométhée. 

Laissons la parole à Camus, qui nous présente son analyse dans L’Homme révolté, en 1951 :

« Dans la boîte de Pandore où grouillent tous les maux de l’humanité, les Grecs firent sortir l’espoir après tous les autres comme le plus terrible de tous. Je ne connais pas de symbole plus émouvant. Car l’espoir, au contraire de ce que l’on croit, équivaut à la résignation. Et vivre, c’est ne pas se résigner » 

Si Camus, dans une interprétation assez personnelle du mythe, décide de faire sortir l’espoir de la boîte, il conforte en revanche l’idée théorisée par Vernant que l’espoir est une force qui nous terrasse face aux épreuves. Pour vivre, nous devons transformer l’attente en un combat, en un refus de renoncer, pour qu’elle devienne la source d’une infinie motivation**. 

Je vous laisse désormais méditer, au présent et au futur, sur la place que vous désirez laisser à l’Elpis dans votre vie !

Et comme vos interprétations m’intéressent (presque) tout autant que celles de Vernant ou Camus, j’attends avec espoir vos réponses à cette lettre ! 

* Il s’agirait en réalité d’une jarre mais ne chipotons pas. 
** D’autant plus quand on visualise son objectif en se rasant tous les matins, il semblerait 

Carton vert !

Depuis trois ans, je fais produire mes boîtes d’expédition par une entreprise du nord de Paris, le Cartonnage Parisien. 

Déterminée à ne plus travailler qu’avec des petites entreprises, je décide en 2018 de cesser de comparer les prix pour, à la place, comparer l’éthique. Par l’intermédiaire d’une entreprise amie, je découvre l’existence de la société de Jean-Paul Texier. Ils sont à Pantin, tout comme moi. Et comme dit Paul Éluard, il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rendez-vous. 

Quand je les rencontre dans leur usine pour la première fois, je me suis dit « je pensais que ça n’existait plus des boîtes comme ça ». Pour prendre rendez-vous avec Jean-Paul, le patron, il faut s’adresser à Louisa, la secrétaire multi-tache. Et quand je fais le tour de l’atelier avec Jean-Paul, je ressens un sens de la hiérarchie étonnamment prononcé pour une entreprise de seulement une grosse dizaine d’employé.e.s. Ici, pas de faux semblants, pas de de management participatif ou de méthodes de travail « fun », qui, si souvent, sonnent faux. Sami, le chef d’atelier qui prend sa retraite le mois prochain, pourra vous en parler : il est de la maison depuis plus de 30 ans. Pour les adresses mails, pas de «louisa@lecartonnageparisien.co » en vue. Non, pour les joindre, essayez plutôt une bonne vielle adresse wanadoo.

Mais sous ses airs surannés, le Cartonnage Parisien cache une vraie entreprise innovante. C’est même une des rares usines du nord de Paris de plus de 50 ans à avoir traversé avec succès la grand vague de désindustrialisation des années 1980. 

Portées par le canal de l’Ourcq, les communes de Pantin, Romainville ou encore Aubervilliers ont connu un grand essor industriel à la fin du XIXème siècle. À côté des Saint-Gobains et autres Manufactures des Allumettes qui employaient chacune plusieurs milliers de travailleurs et travailleuses, une multitude de micro-industries fleurissent. Mais longtemps soutenues par les mairies communistes, toutes ces petites usines se sont peu à peu transformées en loft lumineux au cours des trois dernières décennies. 

Toutes ? Non ! Une petite usine d’irréductibles résiste. Sa stratégie : ne plus se battre sur les prix mais sur le conseil et l’expertise. Créer pour chaque client, même pour des commandes modestes, la boîte personnalisée idéale. Alignement des planètes, les entreprises dans le commerce en ligne explosent et ont, précisément, ce type de besoins pour leurs envois postaux. Aujourd’hui, Louisa, Sami, Jean-Paul et les autres travaillent essentiellement avec des start-ups, et ça marche ! 

Le carton de notre coffret est 100% recyclé et d’origine France. Il est découpé, imprimé et assemblé dans l’usine de Pantin et j’en suis presque aussi fière que de l’huile qu’il enveloppe si bien !

Et vous, il vous plait ?

La revanche d’une blonde

L’origine de plusieurs fleurs a été expliquée par la mythologie grecque. L’égocentrisme de Narcisse et la mort accidentelle de Hyacinthe nous offrent deux beaux exemples. Pourtant, celle qui personnalise les fleurs, Chloris, n’a que peu d’importance dans les récits antiques.

Il faut attendre Ovide pour la découvrir dans un rôle de premier plan. Dans ses Fastes, le poète latin raconte la transformation de la nymphe Chloris en Flore, souveraine des fleurs. Alors qu’il souffle sur l’île des Bienheureux, Zéphir, le vent d’Ouest aperçoit la jeune fille et tombe fou amoureux. Il l’enlève, copiant les manières brutales de son frère Borée, le vent du Nord, et se rachète en l’épousant*. Comme cadeau de mariage, il lui offre le pouvoir de régner sur les fleurs.

« Avant, la Terre n’avait qu’une seule couleur » chante-t-elle au vers 5 222. Désormais, chaque printemps, mille teintes viennent embellir la nature qui renait. 

Quelques siècles plus tard, les artistes de la Renaissance, appréciant l’érotisme du souffle de Zéphir sur la jolie nymphe, s’emparent du mythe qui devient un sujet classique de la peinture et de la sculpture. 

Mais le tournant de sa carrière, elle le doit à Botticelli qui fait d’elle une star en la faisant apparaitre dans ses deux tableaux les plus célèbres : la naissance de Vénus et le Printemps.

Chloris enlace Zéphir qui souffle sur Vénus un vent de fleurs. 

Savoir (in)utile !
La déesse des fleurs partage son étymologie avec le mot « chlorophylle » qui, bien plus qu’un simple parfum de chewing-gum, désigne ce pigment vert permettant la photosynthèse et la transformation du dioxyde de carbone en oxygène.

* au mois de mai, bien entendu. 

Les fleurs du bien

L’olivier a la floraison modeste. Chaque mois de mai, de petites fleurs blanches parsèment discrètement les branches de nos arbres. Elles n’ont pas d’odeur et ne tiennent pas plus d’une semaine. À peine avez-vous le temps de sortir votre appareil photo qu’elle se fanent, jaunissent et disparaissent pour laisser la place au véritable protagoniste, le fruit.

Mieux qu’un cours de sciences naturelles, revenons ensemble sur cette étape cruciale du cycle de l’olivier. 

Comme tous les arbres fruitiers, sa fleur se transforme en fruit grâce à l’échange entre les organes femelles, le pistil, et les organes mâles, les étamines. Cet échange est appelé pollinisation. 

La plupart du temps, elle est opérée par les abeilles (que l’on embrasse au passage) : c’est le cas de tous les arbres mellifères, les arbres butinés pour produire le miel. Mais l’olivier aime se distinguer et préfère compter sur le vent pour assurer l’échange. 

D’ordinaire*, le mois de mai n’est pas particulièrement venteux. Contrairement aux terribles mois de juillet et d’août où le Meltemi, le vent du Nord, souffle volontiers à plus de 50 kilomètres par heure jusqu’à faire s’envoler les petites filles, en mai, ce sont les chapeaux de paille qu’il se contente de faire voler. Et c’est tant mieux ! Venus des quatre points cardinaux, ces vents font frissonner les branches juste ce qu’il faut pour que le pollen s’échappe et féconde l’ovule qui se trouvent dans le pistil. Les tissus de l’ovaire vont former la chair de l’olive et l’ovule devient le noyau. 

L’olivier, comme la vigne, est hermaphrodite : il possède à la fois des organes mâles et femelles qui lui permettent de s’autopoliniser. Pratique non ?

Chez les arbres fruitiers, la floraison est une saison émouvante et inquiétante. Émouvante car elle est annonciatrice de l’arrivée des fruits : La quantité de fleurs sur l’arbre présage de la quantité d’olives qui pourront être récoltées. Mais c’est aussi un moment d’inquiétude pour les producteurs et productrices. Une intempérie, une forte chaleur ou au contraire un coup de froid peuvent faire tomber les fragiles fleurs et réduire tout espoir de récolte. Au moins, aucune chance dans ces contrées méridionales de subir le risque du gel qui a cette année fait des ravages dans les vignobles français. 

Illustration tirée du guide médicinal de l’allemand Franz Eugen Köhler publié en 1887. 

Au risque d’être un peu fleur bleue, je vous encourage à profiter de cette période d’épanouissement des arbres pour vous balader dans la nature et vous émerveiller de la beauté du monde !

* Ordinaire n’est pas coutume ! Cette année, une véritable tempête s’est abattue sur l’est de Crète au point de faire tomber un poteau électrique et de laisser la moitié de Zakros (et d’Adravasti) sans réseau ni télévision pendant 3 jours début mai. 

On nous prend, faut pas déconner dès qu’on est nés…

Scandale !

Comme la rentrée des classes ou les courses de Noël au JT de TF1, le sujet des fraudes dans l’huile d’olive fait figure de marronnier. Les associations de consommateurs alertent, les médias s’en font l’écho, les français et françaises s’inquiètent mais, années après années, rien ne semble vraiment changer dans le monde de l’olive. 

Ironiquement, alors que l’huile d’olive est un des secteurs les plus dominés par la grande distribution*, c’est aussi le secteur où les fraudes sont les plus massives. Les labels et autres certifications, qui coûtent si chères aux petites entreprises comme la mienne, et plus encore aux producteurs, seraient-elles donc d’aucune d’utilité ? 

Vierge, vierge extra. Vous n’y comprenez rien ? Eux non plus.

Ces termes, qui évoqueront le christianisme pour les uns et Léo Ferré pour les autres, vous les connaissez mais vous êtes bien incapables de dire ce qu’ils signifient ? C’est normal.

Pour pouvoir se réclamer « vierge extra », une huile doit répondre à plusieurs critères dont deux principaux. 

Elle ne doit présenter aucun défaut organoleptique** (rendez-vous un peu plus bas pour en savoir plus) et, surtout, elle doit avoir un degré d’acidité qui ne dépasse pas les 0,8%. Mais attention !  Cette acidité là n’a rien à voir avec le citron, ce serait trop simple ! Il s’agit de l’acide oléique : un lipide dont on teste la présence dans l’huile en laboratoire. Et c’est bien là tout le problème car en faisant de cet indice le critère principal pour déterminer la qualité d’une huile, la règlementation introduit une opacité qui rend le consommateur inapte à se faire son propre avis. On lui suggère de suivre l’étiquette plutôt que son palais. 

Même idée pour la certification « vierge » avec une tolérance pour certains défauts aromatiques et un taux d’acidité oléique inférieur à 2%. 

Mais comment choisir son huile d’olive si on ne peut pas se fier à l’étiquette ? 

1. Le goût ! 

Faites confiance à votre palais. Votre huile a-t-elle du goût ? Laisse-t-elle une sensation de gras en bouche ou bien une agréable fraicheur ? À la dégustation, pouvez-vous discerner plusieurs arômes ? Une amertume ? Ou au contraire, un gout plus rond, plus sucré ? 

Plutôt Bourgogne ou Bordeaux ? Avec l’huile d’olive, les équipes se partagent entre amoureux des huiles amères, dites au fruité vert, et amateurs des huiles aux arômes plus ronds, plus doux, dites au fruité mûr. La nôtre penche vers le fruité mûr, à la limite du fruité vert certaines années, avec comme arômes caractéristiques la rose, le thym et la noisette. 

Quant aux défauts, le monde de l’huile, un peu comme l’administration française, possède son propre jargon. Un glossaire est nécessaire : 

2. La provenance

Quand vous ne pouvez pas goûter, la mention la plus précieuse à rechercher est la provenance. 

Le pire : Les huiles « issues du bassin méditerranéen » ou les « mélanges d’huiles de l’Union Européenne ». Vous pouvez être sûr.e que ce sont des huiles de qualités très diverses et provenant de récoltes plus ou moins récentes qui ont été mélangées afin d’obtenir, plus ou moins encore, le fameux taux de 0,8% d’acide oléique, graal du vierge extra. Non seulement il faudra repasser au niveau de la qualité aromatique mais en plus, cette huile n’aura aucun bienfait pour votre santé car les anti-oxydants se seront envolés depuis longtemps. Je préfère ne pas vous parler de la rémunération des producteurs et des productrices, les derniers mois ont été suffisamment durs pour le moral. 

Le minimum syndical : Produit de Grèce, du Portugal ou de tout autre pays de la Méditerranée. Si le nom du pays est cité en noir et blanc, c’est que nous sommes sur la bonne voie. Cela signifie qu’il ne s’agit pas d’un mélange entre, qui, une huile d’olive raffinée italienne, qui, une huile récoltée il y a trois ans espagnole et, qui, une huile de bonne qualité grecque pour venir faire chuter l’indice d’acide oléique. 

Le label qualité :  l’AOP ! C’est notre beau pays la France qui a inventé l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) pour protéger ses vignobles. À l’échelle européenne, il a pris le nom d’AOP (Appellation d’Origine Protégée) mais l’idée est la même : vous avez affaire à un produit issu d’un terroir donné et produit selon un cahier des charges strict. 

Le top : Connaître le producteur ! En chair et en os, ou à travers une newsletter par exemple…

3. Le bio

Oui, je vois certains d’entre vous lever les yeux au ciel : le bio de chez Carrefour, on le connait. Et vous aurez raison. Mais je maintiens que ce label est important pour l’huile d’olive car, comme le thé, les olives ne sont pas lavées, ou à peine, avant d’être pressées. Quand vous consommez une huile issue d’arbres qui ont reçu des pesticides, vous les retrouverez nécessairement dans la bouteille. Donc pour votre santé, cherchez le petit logo vert sur la bouteille.


Et le plus simple, c’est encore d’adopter son olivier

Finie la théorie, place à la pratique avec notre bidon décortiqué :

* Plus de 80% des huiles d’olive sont vendues en hypermarchés, supermarchés ou hard-discount selon l’Afidol , soit plus encore que le lait ou les oeufs. 
** On utilise le terme organoleptique pour décrire ce qui affecte tous les sens : le goût, l’odorat mais aussi la texture ou l’aspect visuel.

Le jour le plus long

Après un an de cache-cache avec le covid, me voilà rattrapée, obligée de me quarantiner dix jours en ce début de mois. Peu de symptômes hormis cette impression étrange d’être enfermée dans un jour sans fin, sans même l’échappatoire de faire quelques courses ou de descendre les poubelles. Comme je déteste gâcher, la nourriture comme les heures, j’ai décidé de supprimer ces dix jours de ma vie et de reprendre mon existence au 10 avril là où je l’avais laissée le 1er, en commençant par faire quelques poissons d’avril autour de moi. 

Cela m’amène à une autre incongruité temporelle, fort d’actualité d’ailleurs : celle concernant la date de Pâques. Si les catholiques l’ont célébré le 4 avril dernier, les orthodoxes devront, eux, attendre le 2 mai prochain. Situé parfaitement entre ces deux Pâques, ce dimanche 18 avril semble le moment idéal pour discuter de la question !

Avant de commencer, laissez moi tester vos connaissances en failles temporelles d’hier et d’aujourd’hui : 

1. Pourquoi le Nouvel An a-t-il lieu le 1er janvier et pas le 25 décembre ? 

A. Il s’agit de la date de la circoncision de Jésus, huit jours après sa naissance. 
B. Jules César, en 46 avant JC, décide de commencer l’année le 1er janvier. Le mois de Janus est idéal puisque c’est celui du dieu aux deux visages : l’un est tourné vers le passé, l’autre vers le futur. 
C. La semaine qui sépare Noël du Nouvel An fut sacrée « semaine de l’oubli » par Jésus trop occupé d’engloutir des Ferrero Rocher devant un video-gag spécial fêtes de fin d’année. 

2. Pourquoi passe-t-on à l’heure d’hiver le dernier dimanche d’octobre ? 


A. Cela permettrait de faire des économies d’énergie (mais ce n’est toujours pas certain).
B. Parce que passer la journée dans le noir complet au mois de novembre, cela développe notre empathie pour les inuits et autres peuples du grand Nord. 
C. Il s’agit d’un canular proposé par Benjamin Franklin en avril 1784 pris au premier degré 

3. Brad Pitt, né le 18 décembre 1963 est plus vieux que Jean Castex, né le 25 juin 1965. Une explication ?



A. Brad a réussi à gagner de nombreux jours sur la vie en faisant des tours du monde en sens inverse dans son jet privé. Malin !
B. André, agent administratif de la préfecture de Vaucluse en charge de refaire le passeport de Monsieur Jean CASTEX, a fait une faute de frappe et a inscrit ‘1965’ au lieu de ‘1945’ sur le document d’identité flambant neuf de Jean.
C. La génétique est injuste, il faut l’accepter 

4. Pourquoi les orthodoxes fêtent Pâques après les catholiques ? 

A. En Russie, il fait froid, et le chocolat, c’est moins bon quand c’est gelé. 
B. Parce que les Églises d’Orient préfèrent ne pas être d’accord avec le soleil plutôt que de l’être avec la cour de Rome. 
 C. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Jésus et ses successeurs avaient la pensée complexe, voyez-vous.

Réponses :  1.B 2.A et B 3.C 4.B

Pour l’explication détaillée de la question 4, accrochez-vous !

Pâques commémore la résurrection du Christ. Jusqu’ici je ne vous apprends rien. Elle a lieu quelques jours après la Pâque juive, Pessa’h que Jésus célébrait avec douze de ses amis lors de la fameuse Cène un jeudi soir. La suite, vous la connaissez : le vendredi, Jésus est crucifié, le dimanche, il ressuscite. La date de Pâques est donc liée à celle de la Pâque (sans s), juive célébrant, elle, la sortie d’Égypte du peuple hébreu. Le calendrier hébraïque étant un calendrier lunaire, Pessa’h est toujours célébrée le 15 du mois de Nissan (qui tombe généralement entre nos mois d’avril et de mai), c’est à dire le jour de la première pleine lune de l’équinoxe du printemps. 

C’est à ce moment-là que tout se complique ! 

Statut de l’empereur Constantin à York en Angleterre par le sculpteur écossais Philip Jackson

En 325, l’empereur romain Constantin décide de préciser la date de Pâques et la fixe au « dimanche qui suit le quatorzième jour de la lune qui atteint cet âge au 21 mars ou immédiatement après ». Avec cette affirmation, Constantin fait donc tomber l’équinoxe du printemps invariablement au 21 mars. Or, le calendrier de l’époque, le calendrier Julien, ordonné par Jules César comme son nom l’indique, comprend une erreur. Notre bon Jules avait calculé que la terre mettait 365,25 jours pour faire un tour complet autour du soleil alors qu’elle ne met que 365,2422*. Soit un décalage de 3 jours tous les 400 ans entre la réalité astronomique et le calendrier. À ce rythme là, comme le dit Bernard dans les Bronzés font du ski : « l’année prochaine, on skie au mois de juillet ». 

Portrait du pape Grégoire XIII par Lavinia Fontana

Pour remédier à ce décalage qui avait trop duré, le pape Grégoire XIII en 1582, propose pendant le concile de Trente une réforme du calendrier : il supprime certaines années bissextiles et pour rattraper tout le retard accumulé, le 4 octobre 1582 est suivi du… 15 octobre, dix jours qui n’ont jamais existé. La France, l’Espagne et l’Italie ainsi que la plupart des pays de la chrétienté suivent la décision du pape mais les pays protestants et orthodoxes européens ne comptent pas se plier à une décision de Rome, aussi valide soit-elle d’un point de vue mathématique. C’est pour cette raison que l’on dit que les « Églises d’Orient préfèrent ne pas être d’accord avec le soleil plutôt que de l’être avec la cour de Rome ». Si la plupart des pays ont petit à petit adopté ce nouveau calendrier, l’Église orthodoxe, elle, s’y est toujours refusée ! Cette rébellion explique pourquoi les dates de Pâques chez les catholiques et chez les orthodoxes diffèrent. 

* Rendons à César ce qui est à César : cette erreur de calcul ne doit pas occulter son génie. C’est lui qui, le premier, comprend qu’il est plus judicieux d’indexer le calendrier sur le soleil plutôt que sur la lune. Il décide donc d’abandonner le calendrier lunaire romain en 46 avant JC au profit du calendrier Julien. Pour se réaligner, l’année 46 avant JC dura donc… 445 jours au lieu de 365 et fut appelée, à juste titre il me semble, l’année de la confusion. 

Ma soeur, ma bataille

La mythologie grecque, bien plus que nos récits modernes il me semble, explore de nombreuses facettes de l’amour. L’amour romantique, qui unit par exemple Hélène et Paris, ou celui plus charnel entre Aphrodite et Arès,l’amour filial de Zeus pour Dyonisos qu’il porte dans sa cuisse, celui de Déméter pour sa fille Perspéhone ou encore l’amitié d’Achille pour Patrocle* qu’Homère utilise comme un élément déclencheur de la guerre de Troie, tous les visages de l’amour s’y côtoient et s’y mêlent. Plus encore, la mythologie ne semble pas établir de hiérarchie entre ces formes d’amour. 

À la lecture des mythes antiques, je suis souvent frappée par la récurrence du sentiment amoureux qui uni les frères et soeurs. Loin des cruelles et envieuses Javotte et Anastasie de Cendrillon, on y trouve des fratries aimantes, qui se complètent et s’entreaident. C’est le cas, par exemple, des jumeaux Artémis et Apollon. Tout juste arrivée sur terre, Artémis s’empresse d’aider sa mère Léto à accoucher de son jeune frère. Plus tard, elle l’assiste dans son combat avec le serpent Python et s’implique dans la guerre de Troie par pure solidarité fraternelle. 

Un autre mythe développe ce thème, c’est celui des soeurs Procné et Philomèle, et ayant moi-même deux soeurs, j’y suis particulièrement sensible. Il s’agit aussi un mythe étiologique, c’est-à-dire qu’il cherche à expliquer l’origine d’un phénomène naturel. Je ne vous en dis pas plus pour l’instant mais je pense que vous ne regardez plus jamais les hirondelles de la même façon…

Avec son Philomèle et Progné de 1861, la peintre Elizabeth Jane Gardner Bouguereau nous présente la tendresse qui unit les deux soeurs. 

Procné et Philomèle sont les deux filles de Zeuxippe et Pandion, cinquième roi légendaire d’Athènes. L’ainée, Procné est mariée à Térée, roi de la lointaine Thrace** et de cette union est née un fils, Itys. Cinq ans plus tard, Athènes et sa famille lui manquent et elle exprime à son mari le désir de revoir sa soeur. Térée se rend donc à Athènes pour demander au roi Pandion l’autorisation d’amener la jeune Philomèle avec lui.  Mais dès qu’il aperçoit la princesse, il oublie toutes ses bonnes intentions et n’a plus qu’une idée en tête : posséder Philomèle coûte que coûte. Pour convaincre le roi de laisser partir sa fille chérie***, il redouble d’éloquence et, à sa voix, vient s’ajouter celle de Philomèle, très désireuse de revoir sa grande soeur adorée. Laissons Ovide nous décrire cette scène tragique dans ses Métamorphoses : 

Dieux d’en haut, quelle nuit noire aveugle les coeurs des hommes !
Les efforts mêmes de Térée pour perpétrer son crime
passent pour de la piété, et son forfait lui vaut des éloges.
Que dire de Philomèle dont le désir est le même ? Caressante, elle met
ses bras autour des épaules de son père, demande d’aller voir sa soeur :
son salut en dépend, prétend-elle, mais elle agit contre son propre salut.

Dès leur arrivée en Thrace, Térée met à exécution le crime odieux. Il emmène de force Philomèle dans une étable et abuse d’elle. Mais après l’effroi vient la colère et la jeune femme jure de se venger en allant dénoncer son viol devant toute la cité. Effrayé d’une mise en accusation sur la place publique, Térée lui coupe la langue avant de rentrer chez lui et d’annoncer à sa femme la mort de sa petite soeur. 
Un an passe, et alors que Procné, dans son palais de Thrace, porte le deuil de sa chère soeur, cette dernière, bien vivante, est toujours enfermée dans l’étable. Sans voix, elle ne peut hurler au monde sa rage mais comme le dit si bien Ovide : la douleur est très ingénieuse, et l’habileté naît du malheur.

Philomèle se met en effet au travail et tisse une superbe tapisserie. Derrière le motif innocent, elle brode avec un fil pourpre le récit de son calvaire. Elle confie l’ouvrage à une servante qui l’apporte à Procné. Grâce à ce subterfuge, celle-ci découvre enfin le sort de sa sœur. Le désir de vengeance s’empare à son tour de Procné. 

Elle attend le soir de la fête de Dionysos et feint d’être enivrée pour parvenir à se glisser jusqu’à la bergerie qui sert de geôle à sa soeur mutilée. Elle la libère et l’emmène avec elle au château. Enfin réunies, les deux soeurs décident de la plus terrible des vengeances : Procné tue son fils Itys dont les traits lui rappèlent trop son violeur de mari. Elle le frappe au coeur avec un poignard et bien que le coup fut fatal, sa soeur signe elle aussi le crime en lui tranchant la gorge. Les deux femmes cuisinent le corps d’Itys et le servent à Térée. Une fois le repas achevé, celui-ci demande à voir son fils. Les yeux brillants de haine, sa femme lui annonce : « celui que tu réclames, tu l’as à l’intérieur. ». Pour ne laisser aucun doute sur l’horreur qui vient d’être commise, Philomèle sort de sa cachette et lance la tête de l’enfant à son père. 
Rubens quant à lui, nous expose une vision beaucoup plus terrifiante du mythe avec son Térée voyant de la tête d’Itys de 1638. Son dégout pour les soeurs va jusqu’à les effacer du titre du tableau. 
Les soeurs se sauvent et c’est alors que les Dieux s’en mêlent. Émus par le destin tragique des deux soeurs, ils les transforment en oiseaux pour qu’elles échappent à une mort certaine. Philomèle, privée de sa voix, est métamorphosée en rossignol chanteur et Procné en hirondelle, dont les reflets rouges sur la gorge rappelle l’épouvantable infanticide. Térée est lui aussi changé en oiseau : il devient huppe, dont le bec démesuré évoque l’épée meurtrière. 
Le rossignol chanteur, l’hirondelle libre mais tachée de sang et la huppe au bec menaçant. 
L’Olympe réserve, cette fois-ci, un sort bien magnanime à un violeur et deux meurtrières.

* Je vois vos airs amusés 
** La Thrace est la région au nord est de la Grèce qui couvre l’actuelle Bulgarie et la partie européenne de la Turquie.  
***Comme Arianne, qui, à peine avait-elle quitté son père et la Crète pour vivre le grand amour avec Thésée, était abandonnée sur l’île de Naxos. Il ne fait pas bon quitter son père dans la mythologie. 

L’arbre et la manière

La taille des oliviers s’effectue au mois de février, une fois les arbres récoltés et avant leur floraison. C’est une étape cruciale, technique et qui peut, mal réalisée, avoir des conséquences lourdes sur la quantité d’olives obtenue la saison suivante. En Crète, de nombreuses familles la confient à un spécialiste plutôt que de s’y coller eux-même. Ces maîtres de la taille vous en parlent avec un certain lyrisme sans toujours maitriser l’explication savante liée à l’art de la taille. Un peu comme nos « méthodes de grand-mère », cette expression aux accents légèrement misogynes, pour qualifier un remède efficace prescrit sans compréhension de l’origine de cette efficacité. Je parlais justement avec un pépiniériste Français qui m’affirmait qu’entre un.e novice qui a potassé toute la théorie et un local qui s’appuie sur un savoir empirique et ancestral, il faut toujours faire confiance au second. Si vous lui demandez pourquoi il coupe cette branche et non celle-ci, son explication sera peut-être farfelue, mais le résultat sera, lui, d’une fiabilité déconcertante.

Comme je sais que, comme moi, vous aimez creuser le pourquoi du comment, je vais – malgré cet éloge de l’expérience sur le théorique – vous en dire un peu plus sur l’art subtil de la taille des olivier.

Plusieurs règles tiennent du bon sens : Couper les branches sèches qui ne produisent plus, celles trop hautes que l’on ne pourra récolter ainsi que les rameaux sauvages qui partent du tronc. D’autres en revanches, méritent qu’on s’y attarde. 

L’enjeu d’ensoleillement

Chaque côté de l’arbre ne bénéficie pas du soleil également. La partie Sud de l’arbre sera taillée plus basse pour permettre à la partie Nord à l’orientation moins généreuse d’avoir du soleil. Bien sûr, tout cela se complique sur les terrains en pente. En comme ceux-ci constituent l’immense majorité des terrains, il faudra adapter la taille à chaque parcelle en fonction de son orientation. Le centre de l’arbre, lui, est taillée pour que les rayons du soleil puissent s’y engouffrer. En Italie, on dit qu’un oiseau doit pouvoir voler entre les branches sans se frotter les ailes. 

L’enjeu de récolte

Pour faciliter le travail des valeureux perchistes et ne pas leur imposer trop d’acrobaties, l’objectif est de n’obtenir des fruits que sur les branches extérieures de l’arbre et non pas sur celles uniquement accessibles de l’intérieur. On coupe donc toutes les branches fructifères qui se dirigent vers le centre de l’arbre. 

L’enjeu de productivité de l’arbre

Certaines branches sont fructifères (donneront des fruits), tandis que d’autres sont charpentières (les bifurcations du tronc qui ne donnent pas directement des fruits). Quand on taille, on doit avoir en tête le parcours de la sève et optimiser son flux. C’est pourquoi on coupe les « gourmands », ces grand rameaux verticaux lisses qui partent des branches charpentières : ces jeunes pousses sont avides de sève et privent donc les branches fructifères du précieux nectar de vie. 

Le fordisme, version crétoise

Une fois la récolte achevée, l’huile est stockée dans de grandes cuves pouvant accueillir jusqu’à cinq mille litres chez notre producteur, Manolis Lantzanakis à Achladia. Nous la laissons reposer quelques semaines puis, le laborieux travail d’embouteillement peut commencer.

Dans son atelier, pas de tapis roulant façon Coca-Cola company, pas de bras articulés ou machines impressionnantes : nous embouteillons chaque bidon un à un, grâce à une machine réglée pour verser un litre précisément. Puis, avec le pouce, ou les deux, on ferme le bidon grâce au bec verseur. 

En général, nous sommes trois : Manolis, sa mère Georgia et moi. Chacun prend un poste et la chaine de production se met en place.

Au travail, Georgia est inarrêtable : sur la gauche, elle commence à organiser les bidons vides et avant que vous ayez eu le temps de tourner la tête, elle se tient à votre droite, une pile de carton dans les bras. Et quand elle a pris trop d’avance sur Manolis et moi, elle s’éclipse pour revenir avec une assiette de fruits coupés et de kourabiedes, ces gâteaux secs terriblement sucrés et délicieux qu’elle fait elle même, vous vous en doutez. Manolis, lui, aime prendre en charge l’embouteillement que vous voyez ci-dessous, prétextant qu’il faut parfois vérifier les réglages de la machine. Il s’agit en fait de faire glisser les bidons vides devant l’embouteilleur et d’appuyer sur le bouton. Sa mère me regarde alors d’un air entendu et m’adresse un clin d’oeil pour signaler qu’elle n’est pas dupe. Ce poste est en effet le seul que l’on peut faire assis, je vous laisse tirer vos propres conclusions. De mon côté, armée d’un dévidoir, cet instrument fort pratique qui permet de coller du scotch d’un simple coup de poignet, je monte les cartons qui accueillerons bientôt les bidons pleins, je remplis les cartons, j’organise la palette…. tout en discutant de politique avec Manolis ou de tatouage avec Georgia, tendance qu’elle désapprouve fortement. 

Prises dans nos filets

La récolte 2020 fut à l’image de l’année 2020 : pénible et semblant ne jamais s’achever. À cause de la fermeture des frontières liée à la pandémie, les ouvrier.e.s agricoles originaires de Bulgarie et d’Albanie ont été dans l’impossibilité de venir porter main forte aux familles grecques. Or récolter avec moins de bras, c’est récolter plus longtemps. Des semaines, parfois des mois supplémentaires. Et à la fatigue s’ajoute l’inquiétude car avec la majorité des restaurants du monde fermés, les débouchés pour les exportations se raréfient risquant d’entraîner une dégringolade des prix. Pas les nôtres bien entendu, et c’est notre fierté : je ne négocie jamais les prix aux producteurs, bonnes et mauvaise années, Adravasti répond présente !

Aujourd’hui, je m’attarde sur l’accessoire essentiel de toute récolte : le filet. 

Commençons par le commencement, c’est à dire la fin. Oui, la fin de la récolte précédente. Sales et graisseux d’avoir accueilli des milliers d’olives, les filets doivent d’abord être lavés. Mais pour des filets de plusieurs dizaines de mètres de long, pesant une vingtaine de kilos, pas question de les passer dans votre petite machine à laver domestique. Ils sont confiés à des professionnels ! À Zakros, c’est le garagiste-mécanicien qui en a fait sa spécialité. Une fois propres, il faut les rafistoler. Abimés par des terrains rocheux et des ronces En tous genres, les filets finissent souvent pleins de trous à la fin de la saison. Or un trou, c’est le risque de voir des olives s’échapper. Alors les γιαγιάδες* se munissent de grosses aiguilles et patiemment raccommodent les filets.  En voici un bel exemple :

Une fois propres et soigneusement réparés, le temps est venu de les salir, de les trouer et de les déposer aux pieds de nos oliviers. La pose des filets, laissée à la discrétion des femmes, est un travail cérébral et physique à la fois. Il faut les agencer dans le sens de la récolte pour que les perchistes puissent passer d’arbre en arbre sans avoir à attendre, ne pas se tromper quand on les superpose, prendre en compte le vent qui vient les soulever ainsi que le terrain, les tirer derrière soi pour les déplacer au rythme des olives qui tombent… te tout sans laisser s’échapper une seule olive ! Pour ne rien sacrifier au tronc, on l’entoure de sacs en toile de jute ou on en fait le tour avec le filet comme sur la photo ci-dessous. 

En Crète, il y a deux types de terrains. Les terrains plats, sans murets, cailloux ni ronces, offrant une distance régulière et optimale entre chaque arbre. Ils sont rares, très rares. Les autres sont en pente, rocailleux et couverts de buissons épineux. Dans ce cas, il faut redoubler de créativité pour poser les filets. On dit parfois des arbres poussant sur des terrains très pentus, particulièrement désagréables à récolter qu’il s’agit « d’oliviers turcs », en référence au fait qu’ils aient été plantés à la période ottomane**. Cela permet surtout aux récolteurs contrariés de rejeter la faute sur leur voisin-envahisseur. 

Une fois qu’il ne reste plus une olive sur les branches, on les rassemble dans les filets, en faisant attention à celles oubliées dans les plis. C’est le moment du tri. Il s’agit d’enlever un maximum de feuilles avant d’amener les olives au moulin. Plus encore que les feuilles, on enlève les branches et les cailloux qui risquent d’enrayer l’extracteur d’huile d’olive. Les jours de pluie, ce sont les escargots qui apparaissent par dizaines dans les filets. Et même si les Crétois.e.s sont, comme nous, très friands de ces mollusques à coquille, ils n’ont rien à faire ici, vous en conviendrez. 

Une fois le filet vidé, il est temps de l’installer au pied d’un autre olivier qui attend d’être récolté. Un roulement bien huilé !

* mamie en grec, se prononce « yaya »
** Les Ottomans ont envahis la Crète entre 1646 à 1898 

Orthodoxie sanitaire

Noël confiné, une situation qui en rappelle une autre.

Le 19 avril dernier, les Grec.que.s devaient renoncer à fêter Pâques, la plus importante fête de l’année, en famille à cause d’un virus qui n’avait alors fait que 113 morts sur leur territoire national. Pour prévenir toute tentative de rassemblement, le gouvernement de Kyriakos Mitsotakis impose une interdiction totale de voyager dans le pays du Samedi Saint jusqu’au lundi de Pâques. Et pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur l’interprétation du terme « interdiction totale », l’amende de violation du confinement passe de 150€ à 300€ pendant ces trois jours, les bateaux vers les îles sont bloqués et les hélicoptères sont déployés au dessus d’Athènes et Thessalonique. Il faut dire, l’enjeu est de taille : deux millions de personnes circulent habituellement à travers le pays à l’approche de Pâques. Dans un pays dont le système de santé a été anéanti par dix ans d’austérité, la pandémie est un luxe que la Grèce ne peut pas s’offrir. 

Agneau pascal en solitaire sur une terrasse athénienne le 19 avril dernier.

À cette époque, de nombreuses voix au sein de l’Église orthodoxe s’élèvent pour critiquer la politique du gouvernement. Dans les villages, les popes organisent la résistance. Rejet des masques, fidèles qui embrassent les icônes, pour les gestes barrières il faudra repasser. L’évêque Chrysostomos de Patras, assure que « ceux qui croient à la sainte communion savent qu’ils n’ont rien à craindre » et on entend même des membres du clergé affirmer que le vin distribué pendant la communion élimine le virus. En mai, les Églises ré-ouvrent leurs portes et les images de communion, comme ci-dessous, alimentent de nouveau la polémique. 

Loin d’être anecdotique, la position de l’Église orthodoxe est, littéralement, une affaire d’État. La séparation entre l’Église et l’État telle que nous la connaissons en France n’existe pas en Grèce. Comment un gouvernement peut-il accepter une telle opposition quand les salaires des ecclésiastiques sont payés par les fonds publics ?

Gants, masque et communion. La trinité des gestes barrières à la réouverture des églises en mai dernier. 

Pourtant, l’arrivée au pouvoir du parti conservateur Nouvelle Démocratie en juillet 2019 aurait pu constituer une aubaine pour le clergé Grec. Le Premier Ministre précédent, Alexis Tsipras, était le premier chef d’État athée et de nombreuses mesures telles que l’abandon du statut de fonctionnaire pour les membres de l’Église avaient été mises en place sous sa gouvernance. À moins que ce soit précisément son statut de chef de fil des conservateurs qui autorise Kyriakos Mitsotakis à une attitude très ferme vis à vis de l’Église orthodoxe. Élu depuis moins d’un an quand l’épidémie s’attaque à l’Europe, il prend le sujet extrêmement au sérieux dès les premiers signaux d’alerte en Italie : Fermeture des frontières, villages mis en quarantaine, fermeture des écoles… Sa gestion rapide fait de la Grèce au printemps 2020 la championne d’Europe de la lutte contre le virus. Et son gouvernement ne recule devant aucune pression religieuse, semblant même vouloir faire de Pâques un exemple de son intransigeance face à l’épidémie. 

Le Premier Ministre Grec, Kyriakos Mitsotakis, poivre et sel du masque aux cheveux. 

Mais alors que la deuxième vague s’attaque à la Grèce, fragilisée par l’ouverture de ses frontières durant l’été afin de sauvegarder une partie de sa saison touristique, l’Eglise se trouve dans l’obligation de totalement changer de discours. Car plus que les fidèles, ce sont les hommes d’Église qui sont les premières victimes de l’épidémie : pas moins de 5 prélats sont contaminés début décembre, dont l’archevêque Iéronymos. Le même qui avait affirmé au printemps que « sans la communion, il n’y a pas d’église ». 

Dans un pays où 90% de la population se déclare chrétienne, les églises sont actuellement limitées à neuf personnes et vingt-cinq dans les cathédrales, contre trente chez nous. Une mesure qui, malgré l’approche de Noël, ne rencontre pas de ferme contradiction de l’Église. Une façon de nous rappeler que, quand ils s’agit des mesures sanitaires, ils sont plus orthodoxes que nous. 

Le côté obscur de la greffe

Par Léa Desportes

Chère Manon, 

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ta newsletter consacrée à la Xylella fastidiosa, cette petite bactérie à l’origine de grandes catastrophes dans les oliveraies d’Europe. 

A plusieurs reprises, tu évoques une autre plante nourricière chère à mon cœur (et à mon palais) : la vigne. Tu suggères notamment que greffer des arbres sur des variétés d’oliviers moins sensibles à la bactérie tueuse pourrait représenter une solution, inspirée par ce qui a été entrepris pour sauver les vignobles européens à la fin du XIXème siècle. En effet, ta Cruella fastidiosa fait presque pâle figure face au phylloxéra, véritable Attila des vignes. Pour stopper la progression fulgurante de ce puceron venu d’Amérique, les variétés européennes ont finalement été greffées sur des plants de vigne américains (qu’on appelle des « porte-greffes »), naturellement résistants aux piqûres de l’insecte. 

Si cette méthode a eu l’immense mérite de sauver la viticulture du Vieux continent, elle a aussi provoqué des effets indésirables dont on parle assez peu.  

Le greffage, pas toujours un bon plan(t)

Marc Birebent, greffeur de son état, va jusqu’à considérer que le remède a été pire que le mal. Il est en effet convaincu que le greffage participe à la recrudescence des maladies dégénératives de la vigne. Phénomène largement amplifié lorsque l’opération devient entièrement automatique (et donc plus rentable) dans les années 1980. Tu indiques dans ta lettre que là où un olivier peut produire des fruits pendant mille voire deux mille ans, les pieds de vigne doivent être arrachés tous les soixante-dix ou quatre-vingt ans. En réalité, c’est même moins ! Certains cépages ont aujourd’hui une durée de vie qui ne dépasse pas les trente ans. Avant le phylloxera, l’espérance de vie d’une vigne franche de pied (c’est-à-dire non greffée) était de 250 à 300 ans ! Marc Birebent explique qu’ « en greffant tout, on a multiplié les plants fragiles. La vigne n’a pas eu les moyens de se rendre naturellement résistante. Si on avait « supporté » le phylloxera, on aurait sans doute perdu une grande partie des vignes mais, petit à petit, on aurait trouvé des plants qui seraient aujourd’hui naturellement résistants. *» Je précise qu’il représente une voix minoritaire dans le monde du vin. 

Chardonay à perte de vue, ici en Oregon sur la côte Ouest des États-Unis

Un appauvrissement de la biodiversité 

Ce dont on est en revanche sûr, c’est qu’au moment de la reconstruction du vignoble, des centaines de cépages, pas assez productifs, n’ont pas été replantés, sacrifiés sur l’autel du rendement. La crise du phylloxéra a donc entraîné une perte non seulement pour la biodiversité mais aussi pour le patrimoine du goût. Elle se poursuit aujourd’hui avec l’uniformisation de l’encépagement mondial. Une poignée de cépages dit « internationaux », dont le Cabernet sauvignon, le Merlot ou encore le Chardonnay, occupent une superficie croissante d’année en année du vignoble mondial. Il existe certes des initiatives pour réhabiliter les cépages dits oubliés mais elles restent pour l’instant individuelles ou locales. 

Pour le vin comme pour l’huile, soutenons une diversité variétale la plus riche possible et adaptée à chaque terroir !

Léa 

*https://www.lerougeetleblanc.com/fr/viticulture/une-journee-avec-marc-birebent-2350.html 

Liaisons dangereuses

Détail du Jupiter et Callisto de Rubens

Le 31 octobre dernier, un prêtre un prêtre orthodoxe Grec, Nikos Kakavelakis était attaqué devant son église du VIIème arrondissement de Lyon. Deux jours seulement après l’attentat de la basilique de Nice, la France entière craignait une nouvelle attaque terroriste. Depuis, vous aurez remarqué que les informations concernant l’affaire se sont faites plus discrètes. Et pour cause ! Pas de djihad à l’horizon mais un simple dépit amoureux. Ce soir là, l’attaquant venait d’apprendre que l’ecclésiastique entretenait une relation adultère avec sa compagne et décidait de régler ses comptes en personne. Le Parisien nous prévient : « Le parquet national antiterroriste ne s’était pas saisi des faits au regard de ces éléments et de la personnalité de la victime, qui était connue pour sa vie personnelle agitée. » Si on lit plus en détail les différents témoignages, on comprend qu’il s’agit d’un euphémisme. Le terme « tragi-comique » semble avoir été inventé précisément pour cette actualité… Mais rassurez-vous, après avoir passé quelques jours dans le coma, notre père Crétois (comme son nom l’indique*) s’est réveillé et se porte bien.

L’infidélité passionne les Grecs depuis toujours. La mythologie en est particulièrement friande à travers notamment les nombreuses aventures extra-conjugales de Zeus, immanquablement suivies de la vengeance de son épouse, Héra. En voici une liste non-exhaustive :

  • Zeus se métamorphose en Artémis pour approcher la nymphe Callisté. Pour échapper à Héra, il la transforme en ours mais celle-ci est alors chassée par Artémis, qui ne reconnait pas sa fidèle suivante. 
  • Zeus se transforme en Amphitryon pour faire l’amour avec sa femme, Alcmène. Une fois que son roi de mari comprend la supercherie, il tente de brûler vive son épouse, sauvée de justesse par Zeus dont la pluie éteint le bucher.
  • Zeus se change en nuage pour s’unir à Io, une des prêtresses d’Héra. Elle est changée en génisse blanche pour la protéger de la terrible épouse. 
  • Zeus prend l’apparence d’un aigle pour séduire Sémélé…avant de la foudroyer en se révélant à elle.
Dans son oeuvre Diane et Callisto réalisée en 1744, François Boucher nous présente l’immense tendresse partagée entre Callisté et celle qu’elle pense encore être Artémis…

Bref, les histoires d’amour de Zeus ça finit mal, en général surtout pour celles dont il est amoureux. Mais laissons Zeus un instant et intéressons nous plutôt à un autre triangle amoureux, celui composé d’Aphrodite, d’Arès et d’Héphaïstos


On ne présente plus, Aphrodite. Déesse de la beauté et de l’amour, protectrice de Troie pendant la guerre du même nom, elle est aussi une des plus anciennes divinités Grecques. Héphaïstos, lui, ne bénéficie pas des mêmes atouts. Dieu de la forge, il est un des seuls enfants d’Héra. À sa naissance, sa mère horrifiée d’avoir enfanté un être si laid le jette du haut de l’Olympe. Une manne pour les psychologues de l’Antiquité. Il est élevé en cachette par les divinités Thétis et Eurynomé qui lui transmettent l’art de la forge. Pour se venger de sa mère, il construit un trône sublime qui emprisonne quiconque s’y assoit. Héra tombe dans son piège et nul ne parvient à la libérer. D’abord décidé à la laisser ainsi emprisonnée, Héphaïstos finit par accepter de se rendre sur l’Olympe après avoir été enivré par Dionysos. En échange de la liberté de sa mère, il exige la main de la plus belle de toutes : Aphrodite. Zeus n’a alors d’autre choix que d’exaucer son voeux. 

Aphrodite et Arès, peinture murale de Pompeï que l’on peut admirer au musée de Naples. 

C’est l’Odyssée, au chant VIIII qui nous relate la suite. Alors qu’Héphaïstos passe toutes ses nuits dans la forge à façonner armures et bijoux, Aphrodite en profite pour accueillir dans leur lit son amant, le bel Arès. Dieu de la guerre et de la destruction, il est avec sa maitresse Aphrodite, protecteur de Troie dont il est le premier chef de guerre. Toutes les nuits, les amants se retrouvent. Arès demande à son serviteur Alectryon de surveiller le lever du soleil pour éviter d’être surpris par Hélios. Mais une nuit, las de cette mission fastidieuse le jeune éphèbe s’endort permettant Dieu Soleil de découvrir Aphrodite et Arès enlacés dans le lit conjugal. Outré, il s’empresse de tout raconter au mari trompé. Pour se venger (décidément !), Héphaïstos construit un filet en or aussi robuste que délicat. Il l’installe au dessus du lit et annonce à son épouse son départ pour Lemnos. À peine a-t-il tourné les talons qu’Arès se faufile jusqu’à son amante. Mais une fois les deux tourtereaux enlacés, le filet tombe sur eux. Pris au piège dans leur plus simple appareil, la déesse et le dieu supplient Héphaïstos de les libérer. Celui-ci préfère convoquer tout l’Olympe pour rire des deux amants. À la suite de cet épisode, Aphrodite s’exile à Rhodes et Arès, s’enfuit de son côté en Thrace sans oublier auparavant de punir Alectryon. Pour sa négligence, il est transformé en coq, forcé à chanter à chaque apparition du soleil…

* Les patronymes crétois se reconnaissent au suffixe « akis », imposé par l’occupant Ottoman au XVIIème siècle

C’est pas la petite bête qui va manger la grosse

Pour vous changer les idées, aujourd’hui, je vous parle d’épidémie, de maladie et de contagion. 

Sachant que nous sommes tous, plus ou moins, devenu.e.s épidémiologistes ces derniers mois, vous avez désormais toutes les connaissances à votre disposition pour comprendre, dans sa subtilité, le sujet du jour : la bactérie tueuse d’olivier. 

Ne vous fiez pas à son nom de danseuse de flamenco. La xylella fastidiosa interdit à la plante qu’elle envahit de s’alimenter en bloquant la sève pour asphyxier l’arbre de l’intérieur. Plus problématique encore, ses symptômes n’ont rien de très distinctifs – branches flétries et feuilles brûlées – ce qui la rend difficile à détecter rapidement. 

Comment se transmet-elle ? Le masque est-il obligatoire dans l’oliveraie ?

Le premier facteur de propagation a été l’exportation de plants contaminés. Sacrée mondialisation. Au niveau local, sa diffusion est principalement portée par un insecte piqueur-suceur, la cicadelle. Les outils de taille qui provoquent des blessures peuvent aussi transmettre la maladie. Et pour les amateurs de théories du complot, une rumeur raconte que la mafia des Pouilles l’aurait implantée pour construire des hôtels sur les champs d’oliviers décimés. Son nom ? Sacra Corona Unita. Oui, CORONA. Ça ne s’invente pas. 

Cette bactérie n’est pas une inconnue. Elle avait fait des dégâts dans les vignobles californiens à la fin du XIXème siècle ainsi que dans les plantations d’agrumes au Brésil dans les années 1980. Mais c’est ici, en Europe, qu’elle est devenue célèbre. En Italie, au sud des Pouilles plus précisément, où elle a décimé des millions d’oliviers, laissant derrière elle des champs entiers brûlés. Des paysages qui évoquent plus La Route de Cormac McCarthy que le pays de Cocagne. Depuis, elle s’est exportée en Espagne, au Portugal et jusqu’en France où elle a été aperçue en Corse et dans les Alpes-Maritimes. 

Désolation à Surano, au sud des Pouilles dans le talon de l’Italie

L’Italie a été le premier pays européen touché en 2013, superbement ignorée par ses voisins. « Ça ne viendra pas jusque chez nous », pensaient-ils. Toute ressemblance avec l’actualité sanitaire récente est purement fortuite. Une fois répandue dans les oliveraies espagnoles et françaises, les spécialistes de tous pays se sont empressés de critiquer la gestion italienne de l’épidémie. Il aurait fallu, nous disent-ils, tout raser sans attendre, mettre en quarantaine les arbres malades. Mais peut-on les blâmer les de n’avoir pu se résoudre à couper des oliviers vieux, parfois, de plusieurs milliers d’années ?

D’autres solutions, moins radicales, deviennent souvent de fausses bonnes idées. Les antibiotiques qui luttent contre les cicadelles, ces insectes suceurs de sèves qui transmettent la bactérie, donnent, à court terme, des résultats mais des phénomènes de résistance peuvent se développer ce qui serait dramatique à long terme. Aussi, les insecticides utilisés pour lutter contre la cicadelle ne se contentent pas de la tuer, ils emportent avec eux une multitude d’insectes qui avaient tous un rôle à jouer dans l’environnement de l’arbre, le laissant, en définitive, encore plus démuni. 

Est-ce la première fois que nous avons affaire à une telle bactérie ?

Pas besoin de remonter aux sauterelles de l’Ancien Testament pour rencontrer des histoires de calamités causées par des indésirables. D’ailleurs, vous vous souvenez de Charles Baltet dont je vous parlais dans ma lettre sur la greffe ? Ce pépiniériste du XIXème auteur de L’art de greffer, a en son temps triomphé d’un fléau qui ravageait le vignoble français. En 1866, près de la moitié des vignes sont dévastées par le moucheron phylloxéra. La production s’effondre avec des conséquences économiques (et psychologiques) immenses. Sans doute intimement touché par le sujet, Charles-Appolinaire de son prénom, décide de s’investir corps et âme dans la lutte contre la bactérie. Pour les sauver, il greffe les vignes françaises attaquées avec des cépages américains résistants. D’où le dicton : « tous greffés dès huit heures, soutien aux viticulteurs ». 

D’ailleurs, cette solution est actuellement regardée de près dans la lutte contre xylella car certaines variétés d’oliviers, telles que la Leccino ou la Favolosa, sont beaucoup moins sensibles à la bactérie tueuse. Des agronomes italiens explorent cette hypothèse en inoculant la bactérie à de jeunes oliviers pour déterminer quelle variété lui résiste le mieux. 

Avec cependant une différence de taille entre vignes et oliviers : les premières sont, quoiqu’il en soit, arrachées tous les soixante-dix ou quatre-vingt ans, tandis qu’un olivier peut continuer à produire des olives pendant mille ou même deux mille ans.  Arracher un arbre ou le couper pour le greffer est donc vécu –  à raison ! – comme une abomination. C’est pour cette raison que la bactérie fait parler d’elle majoritairement pour ses dégâts dans les oliviers et non dans les vignes, citronniers ou amandiers également touchés. 

N’y a-t-il donc aucune solution ?


Bien que l’arrachage et la destruction systématique des plants contaminés soit toujours préconisée par l’UE, des pistes intéressantes sont à l’étude. Une d’elles concerne les champignons qui pourraient s’attaquer à la bactérie. La complexité du sujet réside dans le fait qu’un arbre est un écosystème au sein duquel des milliers de bactéries, champignons ou insectes cohabitent, chacun.e réalisant dans son coin une petite tâche et contribuant, chacun.e à leur façon, au grand cycle de la vie. C’est peut être un détail pour vous, mais pour l’arbre ça veut dire beaucoup.

Alors gardons le moral et quant à votre huile d’olive, rassurez-vous, comme pour le Covid, la Grèce, et a fortiori la Crète, a été (pour le moment) totalement épargnée. Espérons que d’ici l’arrivée de xyllela, on aura un vaccin, enfin je veux dire un traitement efficace ! 

Merci à Patrick, parrain d’un de nos oliviers, d’avoir suggéré cet article !

Monstres & Cie

En parcourant la page Wikipedia consacrée à la greffe sur végétaux, on découvre qu’elle a été importée de Chine à l’Antiquité par… les Grecs. Une information qui ne devrait pas nous étonner car si on se réfère aux oeuvres de l’époque, sur vase, papyrus ou parchemin, les greffes étaient déjà au coeur de l’imagination grecque. Je parle cette fois des greffes d’être vivants, cette manie de coller une tête de taureau sur une corps d’homme ou de multiplier les têtes de serpent sur un corps de chien. Quand il s’agit de greffer l’impossible, personne ne peut les battre. La chimère, soit l’association d’une tête de lion, d’un corps de chèvre et d’une queue de serpent reste inégalée en termes de bizarrerie. Bien avant le LSD, la Mythologie a inventé des êtres hybrides improbables, souvent terrifiants, qui continuent de fasciner philosophes et psychanalystes. 

Pour cet épisode, on s’intéresse à un monstre mythologique dont les représentations ont été aussi diverses que multiples : la sirène. Entre celle, en bronze, de Copenhague, la petite de Disney, celles du port d’Alexandrie ou les terribles monstres des aventures d’Ulysse, difficile de s’y retrouver. D’ailleurs, qu’est-ce qu’une sirène ?

Détail du Vase aux sirènes, céramique réalisée au Ier siècle avant JC en Attique. Logiquement, vous pouvez le voir aujourd’hui au British Museum. 

Contrairement à l’imaginaire collectif, les sirènes mythologiques sont mi-femmes mi-oiseaux. Les mythes nordiques, bien plus tard, introduiront la sirène en être mi-femme mi-poisson. Celle d’Anderson, douce et romantique, possède donc bien une queue de poisson tandis que celles d’Ulysse, cruelles et trompeuses, sont en même temps un oiseau menaçant et une femme séductrice. Mais au cours des siècles, les deux représentations se sont mêlées de sorte que dans son Ulysse et les sirènes, Picasso les peint avec des ailes mais aussi avec des queues de poisson. 

En ce qui concerne leur origine, plusieurs théories s’affrontent. Ovide la fait remonter, une fois de plus, au mythe de Perséphone. La fille de Déméter est accompagnée de nymphes lorsqu’Hadès surgit de terre pour l’emporter aux Enfers. Pour avoir failli à secourir sa fille, Demeter transforme alors ses suivantes en ces terribles créatures. Ce qui me parait un peu injuste, mais après tout, la Mythologie n’a jamais été très tendre avec les femmes. Quant à Homère, ce n’est pas mieux, il raconte qu’elles sont crées par Aphrodite en punition d’avoir refusé d’offrir leur virginité à un Dieu…

C’est Homère qui les rendra célèbre dans l’Odyssée. Circé, fille du Soleil, alerte Ulysse du danger alors qu’il s’apprête à reprendre la mer pour rentrer chez lui après une année passée à ses côtés. Elle lui annonce : 

Tu rencontreras d’abord les Sirènes qui charment tous les hommes qui les approchent ; mais il est perdu celui qui, par imprudence, écoute leur chant, et jamais sa femme et ses enfants ne le reverront dans sa demeure.

Homère, L’Odyssée, Chant XII 

John William Waterhouse – Ulysses et les Sirènes (1891)

Plus qu’une mise en garde, elle poursuit en lui expliquant très précisément ce qu’il devra faire pour ne pas tomber dans leur piège : mettre de la cire molle dans les oreilles de ses matelots et se faire attacher au mat pour ne pas succomber à leur projet diabolique*. Ulysse s’exécute et permet à son équipage de passer sans embûche. Le chant des sirènes, cette merveilleuse métaphore de toutes ces choses que l’on aime entendre, mais qui nous mènent à notre perte. Cette copine qui t’affirme que oui, oui, une frange fera ressortir tes yeux ou ce conseiller qui a assuré à Donald Trump que c’était une bonne idée de ne pas reconnaitre sa défaite. 

Pour finir, comme cette lettre a aussi une mission de service public et que je sais que les futurs parents sont toujours à la recherche de prénoms originaux, voici la liste des noms de sirènes que les auteurs Antiques nous ont fait parvenir** :

Aglaopé, Aglaophone – elle pourra regarder The Crown sans sous-titres, c’est sûr – Ligie, Leucosie – un prénom qu’il ne faut porter qu’en bonne santé– , Molpé, Pisinoé, Thelxiope, Thelxinoé, Thelxiépie et ma préférée, Parthénope. 

* Mes excuses pour cet anachronisme 
**Mes excuses, en avance, aux instits qui devront dans quelques années faire l’appel des petites Parthénope et autres Aglaopé. 

La greffe, en bref

Le mois dernier, j’ai eu le privilège de faire quelques jours de récolte avec Brigitte et Bertrand, des ami.e.s belges d’accents mais grecs d’adoptions. D’ailleurs Brigitte est la productrice des formidables savons que vous pouvez, enfin, recommander. Ensemble, ils produisent une huile d’olive bio issue d’olives récoltées tôt, dès les tous premiers jours d’octobre. C’est ce qu’on appelle une récolte précoce. L’objectif est d’obtenir une huile amère et très piquante. Récolter si tôt leur permet aussi de devancer les ravages du dakos, la terrible mouche qui pond dans les olives à l’automne.

Alors que nos récoltions un de leurs champs, je tombe nez à nez avec un drôle d’arbre. À ma grande surprise, j’aperçois des olives parmi les branchages. « C’est un olivier sauvage » m’explique alors Bertrand. Voyant que la lumière dans mes yeux met un peu de temps à s’allumer, il développe : « Ce n’est pas un koroneiki mais une variété sauvage. On peut manger ses olives mais l’huile qu’elles produisent n’est pas très savoureuse donc on ne le récolte pas ». Je profite de la pause qui arrive pour assaillir le pauvre Bertrand de questions. Comment se fait-il qu’une variété sauvage se soit retrouvée dans notre champ de koroneiki ? J’apprends que tous les arbres plantés autour de nous sont des koroneikis greffées sur des variétés sauvage.

Pour les rats des villes qui, comme moi, ne savent pas faire la différence entre bouture et marcottage, j’ai donc décidé de tout reprendre depuis le début. 

L’olivier sauvage dont je vous parle ci-dessus. 

Je vous parle souvent du « cycle de l’olivier », ces moments qui chaque année, se succèdent et se ressemblent. Mais de l’oeuf ou la poule, j’avais oublié de me demander ce qui venait avant. Avant que notre olivier ait des olives par exemple.  Voici ce que j’imaginais : on plante un noyau, qui grandira en un jeune olivier capable de produire des olives. 

FAUX. La variété koroneiki que nous produisons est toujours greffée sur une variété sauvage aux racines profondes et parfaitement adaptée au terroir. Le porte-greffe sauvage est donc en charge des racines et d’une partie du tronc tandis que le greffon est en charge des branches qui produisent nos olives. La greffe est un travail d’orfèvre qui permet à ces êtres hybrides d’être à la fois résistants et de produire les meilleurs olives possible. Le meilleur des deux mondes en quelques sortes. 

FAUX. La variété koroneiki que nous produisons est toujours greffée sur une variété sauvage aux racines profondes et parfaitement adaptée au terroir. Le porte-greffe sauvage est donc en charge des racines et d’une partie du tronc tandis que le greffon est en charge des branches qui produisent nos olives. La greffe est un travail d’orfèvre qui permet à ces êtres hybrides d’être à la fois résistants et de produire les meilleurs olives possible. Le beurre et l’argent du beurre. 

Au printemps, les pépiniéristes effectuent des greffes en fente ou en couronne. En Crète, elles sont réalisées environ à un mètre de hauteur, comme vous pouvez le voir sur la photo un peu plus bas. Pourquoi si haut ? Parce vous pensez bien qu’après un tel travail, les premières feuilles de notre jeune greffon sont aussi précieuses qu’un paquet de farine chez Carrefour un jour de confinement. Alors pas question de les laisser à la merci des terribles bovidés qui rodent. C’est pour ça qu’ici, les greffes sont faites « à hauteur de chèvre ». 


Illustrations tirées de L’art de greffer de Charles Baltet (1869) dont le sous-titre est : « la Greffe est le triomphe de l’Art sur la Nature ». 


Même une fois la greffe prise, rien n’est jamais acquis. Car la variété sauvage, sélectionnée pour sa vigueur, peut toujours s’imposer sur la délicate variété cultivée. Un oeil attentif sait repérer une écorce plus lisse, des feuilles moins élancées ou des olives plus rondes, signes qu’une branche sauvage s’est introduite, en douce, au milieu d’un arbre koroneiki. Une vraie Games of tronc d’arbre !

Une devinette pour finir : Qu’obtient-on quand on plante dans le sol une olive koroneiki ? 
Réponse : Un variété sauvage ! Définitivement, votre bon sens ne vous sera d’aucune utilité aujourd’hui.

L’art de la greffe est donc intimement lié à la culture des arbres fruitiers. C’est elle qui a permis à l’Homme d’améliorer la qualité des fruits et de constituer des vergers. Une rencontre fructueuse entre l’ingéniosité de l’être humain et les ressources infinies de la nature.


Exemple de greffe « à hauteur de chèvre ». 


Je remercie Bertrand pour ses explications et je vous recommande chaudement d’aller faire un tour sur leur blog Lenika, tenu par Brigitte, pour en savoir plus sur leur projet, leurs savons et leur huile.

Le 5ème élément

La saison touristique tout juste achevée débute une autre saison  : celles des olives et de la récolte. Les plages se vident et les champs s’animent, les pick-ups remplacent les petites voitures de location sur les routes sinueuses et les moulins rallument leurs grosses machines qui presseront bientôt plusieurs dizaines de milliers de tonnes d’olives. Contrairement aux vendanges, la récolte des olives peut s’étaler sur deux ou trois mois. Quatre-vingt dix jours exténuants d’un travail laborieux pour produire le précieux liquide. Alors aujourd’hui, c’est de ceux et celles qui travaillent à l’ombre des oliviers, et parfois aussi en plein soleil, dont nous allons parler : les ouvriers et ouvrières de la récolte, les perchistes et les poseuses de filet, tous ceux et celles, sans qui, nous n’aurions pas d’huile d’olive.

En Grèce comme dans la plupart des régions productrices d’huile, la topographie très accidentée rend presque impossible la mécanisation de la récolte. Il existe bien des secoueurs de troncs ou des tracteurs-récolteurs en Espagne mais nos terrains en pente faits de murets et de gros cailloux ne nous permettent même pas d’y songer. Alors la récolte demeure travail besogneux, confié à des hommes et des femmes.

Reportage photo réalisé pendant la récolte des oliviers de Brigitte, la productrice des savons à l’huile d’olive, et Bertrand

D’un côté les hommes. Armés de leur perches électriques qui pèsent autour de trois kilos (dix kilos en poids ressenti en fin de journée), les bras sont soumis à rude épreuve. Mais c’est la nuque qui concentre vite toutes les tensions à force de pencher la tête en arrière pour guetter l’olive cachée dans les feuillages. De l’autre, les femmes investies d’une double mission : poser les filets en amonts et ramasser les olives tombées. Elles se faufilent sous les oliviers, tout en étudiant le terrain pour les superposer de façon intelligente, le dos courbé afin d’éviter une branche plus basse que les autres et sans oublier de soulever les pieds pour ne pas se les prendre dans les plis des filets. Vite ! Les hommes sont passés à l’olivier suivant, il est temps de rassembler les olives de l’arbre précédent au centre du filet et, à genoux cette fois, de les trier à la main. Puis, quand un maximum de feuilles sont retirées, elles les font rouler dans les caisses, en soulevant une partie du filet à la force des bras. Cette tâche à peine achevée, il est déjà temps de tirer le lourd filet libéré vers les arbres qui attendent d’être récoltés. Une dynamique circulaire qui consiste à ne jamais enrayer la progression de la récolte pour ne pas perdre de temps. C’est avec l’énergie d’une journée presque achevée qu’hommes et femmes portent, enfin, les caisses de quinze kilos sur le pick-up et se donnent rendez-vous pour le lendemain huit heures. 

Reportage photo réalisé pendant la récolte des oliviers de Brigitte, la productrice des savons à l’huile d’olive, et Bertrand

La récolte a longtemps été faite en famille. Mais ces quarante dernières années, les Crétois.e.s ont planté des oliviers plus que de raison et certaines familles se sont retrouvées à la tête de plusieurs milliers d’oliviers. Des oliviers qu’il faudra récolter, un par un, à l’automne. Je vous laisse imaginer l’immensité de la tâche quand on sait qu’au cours d’une journée de travail productive, une équipe de six peut récolter une quarantaine d’arbres. Pour y faire face, la Grèce fait appel à une main d’œuvre internationale. À partir du début des années 1990, les immigré.e.s venu.e.s de l’Albanie voisine viennent prêter main-forte aux familles. Puis, après l’entrée de la Bulgarie dans l’Union Européenne en 2007, ce sont les travailleur.euse.s bulgares qui arrivent en nombre. Mais la crise grecque a mis un coup de frein brutal à cette immigration européenne et ces dix dernières années, c’est une immigration pakistanaise qui arrive en Crète, dans des proportions bien plus modestes. Dans les années 1990 et 2000, sur la place des villages, on pouvait voir, de nombreux travailleurs qui attendaient d’être embauchés pour la journée. Alors que nous étions venu.e.s avec ma famille fêter l’an 2000 à Adravasti, j’ai le souvenir de plusieurs ruines du village, occupées par des familles venues pour la récolte. Mais avec la crise et la baisse des prix de l’huile, payer les ouvrier.e.s est devenu de plus en plus difficile. Alors les travailleurs et travailleuses ont cessé de venir et les familles, quand elles le peuvent, se sont remises au travail.

En ce qui concerne la famille Lantzanakis qui produit votre huile, elle travaille chaque année avec les mêmes travailleur.euse.s, tous et toutes habitant.e.s de Sitia, la ville voisine. Le fait de leur acheter leurs olives, directement, à un prix juste, permet à cette famille de réaliser la récolte dans des bonnes conditions, de payer les ouvrier.e.s agricoles, sans avoir besoin de revoir à la baisse leur salaire ni de prolonger la durée de la récolte pour profiter des forces familiales bénévoles.

Reportage photo réalisé pendant la récolte des oliviers de Brigitte, la productrice des savons à l’huile d’olive, et Bertrand

Cette lettre est dédiée à celui qui tient sa perche à bout de bras, pour atteindre une olive tout en haut, à celle qui inlassablement, tire les lourds filets deux par deux derrière elle, à celui qui grimpe dans l’olivier, risquant de perdre son équilibre et à celle qui, d’un geste expert, trie les olives à mains nues.

Un Noël crétois

Cette année, offrez un olivier avec le code promo NOELCRETOIS. Premier avantage, le transport par Colissimo de La Poste est offert. C’est aussi cadeau que vous vous faites à vous même car vous n’aurez littéralement RIEN à faire ni à porter puisque je vous enverrai une carte personnalisée par la Poste, chez vous, que vous pourrez offrir le soir de Noël (ou le 25 au matin). 

Pas besoin de vous faire un dessin ? Dans le doute…

À feu et à sang

Février 1821, la Guerre d’Indépendance grecque éclate au Nord du Péloponnèse. Bientôt, la Grèce toute entière s’embrase pour se libérer, enfin, du joug Ottoman qui  dure depuis près de quatre siècles. Au printemps 1822, pour faire face aux insurgés et leur géographie rebelle, l’Empire Ottoman fait appel à son vassal, l’Egypte, et son armée dirigée par Mehemet Ali. Celui-ci commence par s’attaquer à la Crète, entrée en résistance tôt mais après de deux ans de lutte, les rebelles sont submergés par la puissance militaire égyptienne. Plus de 600 Crétois, dont le chef Dimitris Kourmoulis se réfugient alors sur l’île voisine, Kassos.

Il est temps de mettre en pause ce récit un instant pour vous familiariser avec cette île du Dodécanèse qui se trouve très exactement à 62 kilomètres à vol d’oiseau de notre fameux village d’Adravasti. Ne vous laissez par tromper par sa petite taille ou par l’absence presque totale de ressources naturelles sur l’île : en 1824, du haut de ses 7 000 habitants, Kassos est un des bastion de résistance les plus puissants de Grèce. Sa force lui vient de la mer et de ses marins qui contrôlent le détroit qui sépare l’île de la Crète, passage obligé entre la mer Egée et la mer de Libye. Ces derniers se sont illustrés à plusieurs reprises depuis le début de la guerre d’indépendance en parvenant à couler des navires ennemis ou en bloquants des navires commerciaux anglais qui prenaient la direction de l’Empire Ottoman. 

Revenons à l’Egyptien Mehemet Ali qui, après ses victoires en Crète, met le cap sur Kassos. Le 14 mai 1824, ses 8 navires jettent l’encre face au port d’Agia Marina. Le 27 mai, c’est au tour du commandant Ismael Gibraltar, accompagné de ses 25 navires de guerre et de ses 4 000 soldats, de prendre position. Début juin, au total ce sont 45 navires égyptiens qui encerclent l’île. Privés de leur force maritime, les rebelles Kassiotes ne résistent pas longtemps face à la puissance ottomane.

Certains habitant.e.s parviennent à fuir vers Karpathos et d’autres îles des Cyclades et d’autres se réfugient, un temps, dans des grottes* ou dans les montagnes pour poursuivre la résistance. Mais le 7 juin 1824, les hommes de Mehemet Ali débarquent. C’est le jour de la « Catastrophe » (Καταστροφή). Les Kassiotes s’y réfèrent aussi en utilisant le terme « Holocauste » (Ολοκαύτωμα, du grec ὅλος, entier et καύστος, brûlé). Plusieurs milliers de combattants grecs sont exécutés, les femmes et les enfants sont capturé.e.s puis vendu.e.s sur des marchés aux esclaves et l’île est entièrement brûlée.

* dont voici un exemple  ↑

Aujourd’hui encore, Kassos porte les stigmates de ce massacre. Peuplée d’un millier de personnes, elle n’a jamais retrouvé un développement humain et commercial comparable à celui précédent sa destruction en 1824. À travers ses paysages arides, on devine la trace du feu dévastateur et on comprend que c’est la vie tout entière que Mehemet Ali et ses soldats ont détruit ce jour là.

Je remercie au passage mon amie Théodora, dont la famille est originaire de l’île, qui m’a inspiré cet article et fourni les photos.

Ce soir on vous met le feu

Connaissez-vous le raki, aussi appelé Tsipouro dans le Péloponnèse ? Si cet alcool de raisin que l’on distille dans l’alambic du village tous les ans au mois d’octobre n’est pas d’une grande finesse organoleptique, il est néanmoins une composante essentielle de la culture crétoise. 

Trois semaines après la fin des vendanges et quelques semaines avant le début de la récolte des oliviers, un creux de calendrier donne aux Crétois.e.s l’occasion de décompresser un peu. C’est le temps du Kazani, la tradition la plus alcoolisée de tous les temps. Pour vous donner un ordre d’idée, je dirais que la fête de la bière à Munich est au Kazani ce que ce que Disneyland est au Hellfest. Un soir d’octobre, on rassemble tout le village et on commence la distillation. Pour cela, il faudra du raisin que l’on a laissé fermenter trois semaines et… des grignons d’olive.

Oui mais les grignons d’olive, c’est quoi au juste ?

Les grignons sont les déchets produits par l’extraction de l’huile d’olive. Une fois que nos jolies olives ont été écrasées, malaxées et pressées dans un extracteur à froid, il reste une pâte encore huileuse composée de restes de noyaux et de fibres d’olive. Cette pâte est envoyée dans une usine d’huile lampante, l’huile raffinée utilisée pour la combustion ou pour les voitures. Elle passe alors à nouveau dans un extracteur dont la température monte, cette fois, à plus de cent degrés. Ce qu’il reste quand toute l’huile, ou presque, a été extraite s’appelle les grignons d’olive. Et comme tout se transforme et rien ne se perd dans l’olivier, ils sont utilisés comme combustibles

Vous l’avez compris, ce sont ces grignons qui viennent alimenter le feu de notre kazani. Les voici sur la photo de gauche ci-dessous et leur aboutissement quelques minutes plus tard sur celle de droite :

Pour survivre à cette soirée, il suffit de suivre une règle : ne jamais boire le raki chaud tout juste distillé. Bien entendu, ni moi ni aucune personne de ma famille ne sommes tombé.e.s dans ce piège. La photo ci-dessous a été prise UNIQUEMENT dans un intérêt de documentation.

Arroser ou ne pas arroser, telle est la question 

Une amie productrice d’huile d’olive au Sud de l’Andalousie remarquait après des vacances en Crète l’omniprésence des tuyaux d’arrosages aux pieds de nos oliviers – quand ce n’est pas à leur sommet comme sur la photo si dessous ! Je m’étonnais de ce constat car, n’ayant la Crète comme unique référence oléicole, j’avais pris pour acquis l’habitude d’installer ces gros tuyaux noirs pas très harmonieux. Un champs sans tuyaux, donc sans eau, était dans mon esprit un champs non entretenu, dont on ne pouvait espérer obtenir une récolte. Quelle n’était pas ma surprise de m’apercevoir que dans le monde méditerranéen de l’olive, en Espagne, en Tunisie ou même Grèce continentale, tous et toutes ne partagent pas la passion des Crétois.e.s pour l’arrosage. 

Sur le sujet, dans la région, plusieurs thèses s’affrontent (et encore, je ne vous présente que celles venant de personnes raisonnables !) : 

La première soutient que les oliviers ont depuis des millénaires nourris de leurs fruits les hommes et les femmes, sans avoir besoin d’ajouter de l’eau. Il faut donc les déshabituer et tout ira bien.

La seconde affirme que terroir crétois et la variété koroneiki, sans même parler du réchauffement climatique, ne permettent pas de priver purement et simplement les arbres d’eau. Un olivier habitué à recevoir de l’eau dès les premiers mois de sa vie ne fournira pas l’effort nécessaire pour s’enraciner profondément et pouvoir puiser l’eau des nappes les plus souterraines. Il n’aura donc aucune chance de prospérer si on ne lui ouvre pas les vannes de temps en temps. 

Mais ce qui est bien avec l’agriculture, c’est que c’est l’art du réel. Alors les théories, c’est super mais que fait-on en pratique ?!

La plupart des producteurs en bio, soucieux de l’environnement, dont Manolis qui produit l’huile dont vous vous délectez, décident de continuer à arroser, mais le moins possible. En fonction de la pluviométrie, les arbres sont irrigués quelques fois au printemps et plus du tout à partir du mois d’aout. Et des années exceptionnellement pluvieuses comme 2019 nous ont même permis de nous contenter de l’eau dont la nature nous a fait don. 

Cette gestion très précautionneuse de cette ressource vitale, même quand cela signifie obtenir moins d’olives et moins d’huile, est cruciale dans cette région de l’Est de la Crète où la sécheresse menace constamment. Ne plus arroser dès que le fruit se forme au cours de l’été, permet aussi de ne pas gorger les olives d’eau, ce qui risquerait de diluer les arômes. Une fois de plus, la nature et nos papilles ont trouvé un compromis plutôt satisfaisant !

Cinquante nuances de tzatziki

Si on ne peut affirmer que le tzatziki (τζατζίκι) est le mezze le plus commandé dans les tavernes en Grèce, il est certainement le plus connu en dehors des frontières grecques.

Ce succès international est encore plus impressionnant quand on s’aperçoit que l’on retrouve des variations de cette recette à base de yaourt un peu partout au Moyen et Proche Orient. Sous les noms de djadjik en Turquie ou labné au Liban, chaque pays de l’ancien Empire Ottoman semble avoir conservé une version locale du tzatziki. En suivant les frontières de l’Empire Ottoman, on peut cartographier cette incroyable intégration culturelle à travers la gastronomie.

J’ai regroupé pour vous ces cinquante nuances de tzatziki, avec leurs dénominations locales, sur la carte ci-dessous :

Vue de la France, la Grèce est européenne. Son influence sur notre régime politique ou sur le vocabulaire médical (entre autres !) crée une grande familiarité entre nous autres occidentaux et le peuple grec. Mais en s’attardant sur sa gastronomie, c’est son ancrage oriental qui saute aux yeux. Les pays de l’ex-Empire Ottoman – que nous appellerons entre nous la « communauté de la baklava » – continuent de partager un grand nombre de références culinaires : le tzatziki ou les baklava, déjà cités, mais aussi les souvlaki (brochettes de viande) ou encore les alcools comme le raki. Une proximité gustative qui n’empêche pas les conflits, on l’aura compris…

La recette :

Râpez le demi-concombre avec une grosse râpe, salez-le et faites-le dégorger pendant une heure. Vous pouvez aussi accélérer le processus en appuyant avec le dos d’une cuillère sur votre concombre râpé, personne ne vous en voudra. Mélangez-le avec le yaourt, puis, dans un mortier, écrasez l’ail avec du sel pour obtenir une pâte que vous ajouterez au mélange de yaourt. Il vous suffit alors d’ajouter la menthe, l’aneth et l’huile d’olive avant de déguster bien frais. 

Mais au fait, comment on s’est retrouvé.e.s à parler de tzatziki ?!

J’y venais ! 

Toute la semaine, je m’associe au restaurant Barak qui propose une recette de tzatziki maison à l’huile d’olive d’Adravasti pour agrémenter ses salades et sandwichs. Barak s’inspire de la cuisine de la Méditerranée pour proposer des plats colorés conçus pour une pause déjeuner rapide et pour l’occasion, nous avons réalisé une interview où je vous parle… d’huile d’olive, sans surprise. Vous pouvez vous abonner à mon compte Instagram ou à celui de Barak, nous posterons l’interview au fur et à mesure cette semaine. 



Un champ labouré et un double coup de foudre 

Vous avez rencontré votre âme-soeur à un mariage ? Vous n’êtes pas seul.e, c’est justement ce qui est arrivé à Demeter !

Détail de Eiréné portant Ploutos

Alors que tout l’Olympe se réunit en Crète pour les noces d’Harmonie et Cadmos, la déesse repère Iasion, fils de Zeus et d’Électre et accessoirement frère de la mariée. Sans plus attendre, elle lui promet « son amour et son lit »* et enivré.e.s par un nectar millésimé, les deux amoureux partent s’unir dans un champ labouré trois fois. À leur retour, Zeus aperçoit les traces de boues sur le bras du héros et comprend ce qu’il vient de se passer. Pour le punir d’avoir oser s’unir à une déesse, il le frappe de sa foudre. De cette union tragique nait Ploutos, dieu de la richesse, souvent représenté sous les traits d’un enfant accompagné d’une corne d’abondance**. Ce jeune dieu donne alors raison à la méfiance de Zeus : à travers l’agriculture, sans discrimination, il distribue la richesse aux divinités comme aux hommes. Mais le pauvre, comment lui en vouloir ? Il est né aveugle !

Statue de Demeter au British Museum

Il est assez ironique que Demeter ait enfanté le dieu de la richesse, elle qui se désintéresse de tout ce qui passionne les Dieux comme les Hommes, à savoir le pouvoir et l’amour. Elle ne fait d’ailleurs pas partie des douze Dieux de l’Olympe car plutôt que se prélasser sur le Mont mythique, elle préfère la culture des champs. En fait, ce n’est qu’avec Aristophane que Ploutos porte en lui l’aspect le plus négatif de la richesse. Il reprend la tradition présentant Ploutos aveugle pour en faire le symbole de l’immoralité de l’argent, le jeune Dieu visitant indifféremment les bons comme les mauvais.

C’est un des seuls mythes qui met en scène Demeter amoureuse. Elle a vécu l’amour dans la passivité avec Zeus et la violence avec Poséidon. Dans ce mythe, l’acte d’amour avec un simple mortel, Iasion, est le fruit de sa décision. Il y a donc une double inversion. D’abord celle du choix qui revient à la femme. C’est aussi l’inversion du schéma classique de la Mythologie où un dieu s’unit à une mortelle. Ici l’immortelle est femme et le mortel est homme.***

Je terminerai en soulignant que la plupart des mythes fondateurs de Demeter se situent en Crète, comme celui-ci ou celui de l’enlèvement de Perséphone. Bon signe de produire de l’huile d’olive sous le patronage de la déesse de l’agriculture, vous ne trouvez pas ?

* dans la version d’Homère. Dans la Théogonie, Hésiode parle lui « d’amour charmant » (philotês) pour décrire leur union.
** et sans Rolex
*** Sylvie Vilatte, Déméter et l’institution matrimoniale : le refus du passage (RBPH, 1992) 


Les pieds sur terre, la tête dans les olives

Après le vent (article que vous pouvez retrouver par ici), je continue cette série sur les éléments. Au menu du jour : la terre. 

Le monde de la vigne nous a appris que chaque terroir influence à sa manière les arômes et la qualité de la production. Qu’en est-il de l’huile d’olive ? On pressent que chacune doit à la terre où poussent les oliviers. Creusons donc (littéralement) un petit peu pour en savoir plus…

Une chose est sûre, l’olivier est taillé pour la Méditerranée. Il aime les terrains secs et ne supporte pas les terrains humides dans lesquels l’eau circule trop lentement. Autrement dit, la Normandie, ce n’est pas pour tout de suite. Au contraire, il raffole des terrains pentus. On sait aussi qu’aux terres trop argileuses et asphyxiantes, il préfère les sols filtrant, caillouteux.  

Quand on se balade à l’Est de la Crète, ce qui frappe en premier, c’est la couleur de la terre : un rouge ocre dont la poussière colore les ruines des villages. Cette couleur s’explique par à un fort taux de fer dans la terre. La ferrite a une action très positive car elle retient les minéraux comme le calcium, le phosphore, le potassium ou encore le magnésium. 

Autour d’Adravasti, le sol peut être à dominante calcaire, schisteuse ou sablonneuse. Les montagnes de Crète, souvent très calcaires, sont rarement un bon terroir pour l’olivier, pour le plus grand plaisir des chèvres et moutons qui en ont fait leur terrain de jeu. En revanche, les plaines avec ses terrains schisteux sont de très bons « ladotopo », c’est à dire « terrains à huile ». On reconnait le schiste à l’aspect feuilleté de sa roche, qui prend un aspect « mille-feuille ». Vous trouverez un exemple photographique ci-dessous. Le schiste se forme avec la sédimentation d’argile, souvent en milieu marin. Très friables, les sols schisteux permettent aux oliviers d’enfoncer leurs racines profondément. Justement, de nombreux oléologues voient dans cette capacité à puiser loin dans le sol un élément central du développement d’arômes puissants. 

Comparativement à la vigne, l’analyse des sols et de leur impact sur les arômes est encore peu développé dans l’huile d’olive. Mais on sait que le pH de la terre est d’une grande importance et vient parfois contredire les ambitions d’implantation de variétés étrangères sur un territoire. La récente passion des Japonais.e.s pour l’huile d’olive nous a permis d’avancer dans ce domaine. Fidèles à leur réputation, ils et elles ont poussé l’art de la précision jusqu’à analyser des milliers d’endroits au Japon afin de retrouver celui qui correspond précisément au sol de domaines en Toscane où sont produites de prestigieuses huiles d’olive. L’expérience avait d’ailleurs déjà été menée avec la Romanée Conti. Vous trouvez que cette façon manque un peu de poésie ? C’est aussi mon avis, mais ça reste entre nous.

Merci à Pierre pour la photo, au président de la coopérative de Zakros, à Jeanne ainsi qu’à Brigitte et Bertrand pour m’avoir aidé à y voir plus clair dans ce sujet charbonneux.

Qui sème le vent, récolte…

Sous le vent

À l’Est de la Crète, le vent est partout. Il se lit dans la forme des oliviers, dont les branches semblent prendre leur élan. Il justifie les éoliennes gigantesques qui surplombent les crêtes de Karidi. Il donna l’idée à la championne française de planche à voile Nathalie Simon d’ouvrir un club à Palekastro, à quelques kilomètres, depuis repris par des Autrichiens forts sympathiques dont on se demande toujours comment leur est venue cette passion marine. 

En passant sur le plateau entre Azokeramos et Kelaria, on aperçoit un petit métochi, abri fidèle dont je vous ai glissé une photo ci-dessous. Mon oncle Kostas raconte qu’enfant, quand il arrivait pieds nus sur le plateau, il se mettait à courir à toutes jambes pour échapper aux bourrasques terrifiantes. Quand on le rencontre pour la première fois, on est ahuri.e par sa force. J’ai en mémoire l’image de ma petite soeur Juliette, âgée de trois ou quatre ans, qui, au sommet de la montagne de Skinia, se laissait tomber en arrière mais était miraculeusement portée par le vent venu de la mer. Et il n’est pas rare en effet au mois d’août, après quinze jours de rafales furieuses, d’assister à de véritables rixes entre les habitants pourtant paisibles d’Adravasti. Le vent rend fou aussi sûrement qu’il couche les arbres ou érode les paysages.

Mon père prétend même qu’Aristophane aurait écrit que tous les vents de la Crète passent par le chas de Zakros…


La plupart du temps, j’aime ce vent grec. Surtout le Meltemi, le vent du Nord, celui qui commence à souffler au mois d’août, qui rafraîchit l’air lourd de la Méditerranée. Mais depuis que je vends de l’huile d’olive, je le découvre menaçant. 

Cette année, notre ennemi fut le vent chaud du Sud. Après un hiver pluvieux, promesse d’une grande récolte, il s’est mis à souffler au début du printemps, semblant appelé par la floraison des oliviers et a mis par terre une bonne partie de nos jolies petites fleurs blanches. Pas de fleur, pas de fruit, c’est la dure loi des arbres fruitiers. Mais rassurez-vous, il en reste juste assez pour régalez toutes nos marraines et tous nos parrains d’oliviers l’année prochaine !

Un vent nommé Zéphir

Hyacinthe changé en fleur de Nicolas-René Jollain, peint en 1769*. Vous pouvez l’admirer au Petit Trianon, à Versailles. 

Zéphir est la personnification du vent d’Ouest dans la Mythologie. Si son souffle est redouté, c’est surtout pour ses amours déçues qu’il a inspiré Ovide et Euripide.

Comme vous le savez, les mythes que je préfère sont les mythes étiologiques, ceux qui cherchent à expliquer l’origine d’un phénomène naturel. Et vous l’avez deviné, ce cher Zéphir nous en fourni un très joli.

Un jour d’été, il tombe fou amoureux de Hyacinthe, jeune Sparte à la beauté captivante. Il tente de le séduire mais Apollon s’est lui aussi épris du jeune homme et obtient rapidement ses faveurs aux dépens de notre Dieu colérique. Rongé par la jalousie, Zéphir observe les deux amoureux s’entrainer au stade. Alors qu’Apollon s’élance un disque à la main, Zéphir détourne le vent afin de frapper le Dieu lumineux avec son propre disque. Mais c’est Hyacinthe qui s’effondre à terre, frappé accidentellement à la tempe. Terrassé de chagrin, alors que des gouttes de sang viennent tacher l’herbe du stade, Apollon les fait fleurir. En son honneur, les fleurs nées de ce jour tragique portent le nom de jacinthes.

*Année érotique, peu importe le siècle

Le point COVID-19 #2

Après une gestion parfaite de l’épidémie ces deux derniers mois, les Grec.que.s, qui comptent moins de 200 morts, se tournent désormais vers l’avenir et cherchent à sauver une saison touristique déjà très accidentée. Même si depuis le 4 mai, le déconfinement est en marche avec la réouverture de tous les commerces, tavernes et cafés, la situation mondiale inquiète. À raison puisque la tourisme représente 18% du PIB et emploie près d’un million de personnes.

Alors le chef de l’Etat prend les devants !

En direct à la télévision grecque, le premier ministre Kyriakos Mitsotakis, a annoncé mercredi 20 mai que la saison touristique démarrerait mi-juin avec la reprise des vols internationaux et la réouverture des hôtels. Fort de sa nouvelle légitimité, il est même allé jusqu’à déclarer « faisons de l’été l’épilogue de la crise du coronavirus ». Poussant l’emphase un peu plus loin, le PM a même qualifié la mission d’hospitalité de son pays « notre passion qui fut de tout temps inspiré par Xenios Zeus ». Plus prosaïque, il a aussi annoncé la baisse de la TVA sur les transports (dont aérien) de 24% à 13%. Pour gérer cet afflux venu de l’extérieur, le gouvernement grec mise tout sur une politique massive de tests. Les îles seront pourvues de tests en grandes quantités et des moyens de transport spécifiques pour les cas suspects seront mis en place pour pouvoir les transférer rapidement vers Athènes. S’il reste vague sur les clubs et autres boites de nuits (les habitués de Mykonos attendront), il assure que les plages ainsi que les tavernes seront ouvertes.

Dans un entretien réalisé le 25 mai avec le quotidien allemand Bild, Kyriakos Mitsotakis a aussi annoncé que la Grèce ouvrira ses frontières aux pays qui ont des données épidémiologiques similaires à celles de la Grèce (comprenez « ceux qui ont peu de cas et réalisent beaucoup de test »), rassurant ainsi les vacanciers allemands car l’Allemagne ferait partie des heureux élus. Et si cette analogie entre les deux pays vous fait sourire, c’est que vous avez bien suivi !

Et quid des Français ?

Le 23 mai, la Grèce annonçait que les liaisons aériennes restaient fermées avec l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, et les Pays-Bas jusqu’au 31 mai inclus. Laissant donc en dehors de ce pacte de pestiférés la France, sûrement plus en raison de ses nombreux touristes hellénophiles que par ses performances sanitaires. L’horizon de vos vacances grecques semble donc s’éclaircir de jour en jour. Air France a repris la liaison avec Athènes, à un rythme très calme, depuis le 23 mai et hallelujah à partir du 27 juin 2020, la compagnie rétablit la liaison également avec la Crète. Un vol par semaine reliera Heraklion et Paris. Attention néanmoins, jusqu’au 31 mai, on demande à tous les arrivants d’appliquer un auto-confinement de 14 jours.

Confiné.e.s dans l’huile – Épisode 10

Deuxième partie

Voici la partie II de notre grand reportage 100% consacré à une île complexe : Lesbos ! 

TEASER : Dans cette lettre, vous découvrirez l’origine du dicton « fuit la elle te suivra, suis la elle te fuira »

Une petite carte comme hors d’oeuvre pour se remettre les idées en place : 

Sappho le coup de la connaître*

La grande star de l’île est la poétesse Sappho qui y vit entre le VIIème et le VIème siècle avant JC. 

Citée par plus de cent auteurs anciens, elle exerça une influence capitale sur l’art antique mais c’est surtout à sa sexualité que Sappho doit sa notoriété. Dans ses poèmes, souvent dédiés à la Déesse Aphrodite, elle invoque ses amours et se met en scène avec d’autres femmes. La lecture de son oeuvre a connu de grandes variations d’interprétations au fil des siècles et des évolutions sociales et culturelles. Tantôt perverse, sulfureuse ou libératrice, notre regard en dit bien plus long sur nous que sur elle. Finalement, Sappho l’aristocrate se contentait de reproduire un comportement en toute conformité avec son milieu social : mariée, elle entretenait ouvertement des relations sensuelles avec des personnes du même sexe. N’est-ce pas la norme en Grèce Antique où la pédérastie s’érigeait comme un outil de formation des élites ? Pas tant que cela en fait car c’est le fait d’être une femme qui rend ses écrits tout à fait uniques.

Image promotionnelle du Met de New York montrant deux danseuses devant la statue de Sappho du sculpteur français Prosper d’Épinay (1895) que j’ai trouvé fort à propos.

Je ne pense pas trop m’avancer en disant qu’elle est à l’inventeure du fameux dicton « fuit la elle te suivra, suis la elle te fuira » fort usité par les apprentis amoureux dans les cours de lycée**. Voici la version originale, extraite de son Ode à Aphrodite (c’est la Déesse qui lui parle) : 

Quelle Persuasion veux-tu donc attirer vers ton amour ? Qui te traite injustement, Psappha ? Car celle qui te fuit promptement te poursuivra, celle qui refuse tes présents t’en offrira, celle qui ne t’aime pas t’aimera promptement et même malgré elle. 

Sappho ne se contente pas d’inspirer l’étymologie d’un mais de deux adjectifs de notre belle langue française : saphique, vous l’aurez deviné ainsi que lesbienne, dérivé de Lesbos, l’île où elle a vécu. « Lesbienne » est d’abord employé pour parler d’elle, dans le sens premier de « personne célèbre de Lesbos ». À partir du IXème siècle, l’adjectif est utilisé dans le sens de « homosexuelle », ce qui atteste , vous en conviendrez, de la puissance de son impact culturel. 

Revoici notre statue de Sappho du sculpteur français Prosper d’Épinay. Je vous propose de porter une attention toute particulière à la position des doigts de pieds, qui semble trahir la grande liberté du modèle.

Deux îles, un destin

Commençons par un rapide rappel historique avant de se plonger dans la période qui nous intéresse ici, celle qui marque l’avènement de la nation grecque au XIXème siècle. 

De 1453 à 1832, l’empire Ottoman domine la plus grande partie du territoire grec. Mais cette occupation est graduelle : certaines îles n’intègrent l’Empire que bien après la chute de Constantinople de 1453. C’est le cas de la Crète qui reste sous domination vénitienne jusqu’à la moitié du XVIIème siècle. Lesbos, elle, est attaquée par les turcs dès 1455 mais l’attaque est repoussée. Deuxième tentative en 1462 quand les troupes de Mohammed II assiègent l’île qui finit par tomber au bout de 14 jours de combats. À leur arrivée sur l’île, les Ottomans massacrent une grande partie de la population et confient à Smyrne le contrôle de l’île. 

Les frontières grecques de 1832 à aujourd’hui. 

En 1821, quand éclate la guerre d’indépendance grecque, les deux îles sont donc sous contrôle ottoman. Sur un territoire aussi morcelé, difficile de mener une guerre avec un front uni. Pourtant cette division géographique fait la force des insurgés car le soulèvement se propage très rapidement aux îles, notamment de la mer Égée, ajoutant une dimension navale à un conflit terrestre. Les armateurs issus de la bourgeoisie transforment leurs navires commerciaux en navire de guerre et grâce à eux, la majorité des îles prennent rapidement part au conflit. Lesbos est envahie par l’armée indépendante grecque en juin 1821 grâce à une rébellion locale qui fait tomber les positions turques, soit moins de trois mois après le début de la révolte. Parallèlement en Crète, la rébellion éclate fin juin 1821. Ce soulèvement est écrasé dans le sang par les troupes égyptiennes de Mehemet Ali, vassal du sultan Turc.

Carte réalisée par l’armée grecque en 1999

Pourtant, le traité de Constantinople de 1832 qui marque la fin de la guerre d’indépendance et la naissance de la nation grecque ne concerne pas tout le territoire insurgé. La Crète et Lesbos, comme de nombreuses autres régions pourtant entrée tôt en rébellion, en sont exclues. Car ce traité n’est pas un accord entre la future nation grecque et l’Emipre Ottoman : se sont les grandes puissances européennes (Royaume-Uni, France et Russie) qui siègent à la table des négociations à la place de la Grèce face à l’empire Ottoman. Et les intérêts commerciaux et diplomatiques des puissances occidentales ne sont pas oubliés ! Craignant une déstabilisation des routes commerciales, le Royaume-Uni refuse que les îles situées aux endroits les plus stratégiques, Lesbos et la Crète en premier lieu, fassent partie de ce nouvel État dont la loyauté est encore à prouver. 

Les deux îles redeviennent grecques seulement en 1913, soit 81 ans (quatre générations !) après l’indépendance grecque. Comme on le constate sur la carte, c’est le dicton « loin des yeux (ici traduisible par Péloponnèse), loin du coeur » qui semble prévaloir… Cette attente est difficile à comprendre quand on connait le très fort sentiment d’appartenance des habitants des deux îles à la Nation grecque. La fête de l’indépendance qui commémore le 25 mars 1821 y est d’ailleurs largement célébré. Comme quoi, aux îles bien nées, le patriotisme n’attend point le nombre des années*.

Carte qui célèbre l’arrivée des nouveaux territoires dans la « nouvelle Grèce » (Η νέα Ελλας) de 1912. On y aperçoit la Crète tout en haut et Lesbos à gauche (vous ne comprenez rien à cette carte ? Essayez de retourner votre ordιnateur, téléphone intelligent ou tablette et tout fera sens de nouveau).

*Emprunt honteux à Corneille, mais il me fallait bien une conclusion un peu chic 

Confiné.e.s dans l’huile – Épisode 10

Première partie

Alors que je m’intéresse le plus souvent à l’île la plus méridionale de Grèce, la Crète, c’est une autre île qui aura toute notre attention aujourd’hui : Lesbos

Bientôt, vous saurez tout de l’implication de Lesbos dans la Guerre de Troie puis nous ferons un sacré bond temporel pour terminer avec son actualité.

Commençons par une petite mise à jour géographique avec quelques lieux essentiels :

Penthésilée l’amazone

C’est dans l’Iliade que l’île apparait pour la première fois dans les récits mythologiques*. Située juste au Sud de la puissante Troie en Asie Mineure, Lesbos abrite Penthésilée (Πενθεσιλεια), fille d’Arès et d’Otrèré, première reine des Amazones.

Guerrière redoutable, inventeure de la hache de guerre, elle décide de participer à la Guerre de Troie à la mort d’Hector pour venir en aide au roi Priam. Elle se bat aux côtés des Grecs lors de nombreuses batailles mais après une lutte épique qui deviendra un sujet classique de l’art Antique, Achille la blesse mortellement au sein droit. Arrive la séquence émotion de notre récit : Alors qu’il vient d’achever sa fière adversaire, il tombe amoureux d’elle, dévoilant l’autre facette de la personnalité complexe du héros : celle non plus d’un guerrier en colère mais d’un homme sensible. Je laisse le poète Théodore de Banville vous raconter la scène : 

Quand son âme se fut tristement exhalée
Par la blessure ouverte, et quand Penthésilée,
Une dernière fois se tournant vers les cieux,
Eut fermé pour jamais ses yeux audacieux,
Des guerriers, soutenant son front pâle et tranquille,
L’apportèrent alors sous les tentes d’Achille.
On détacha son casque au panache mouvant
Qui tout à l’heure encor frissonnait sous le vent,
Et puis on dénoua la cuirasse et l’armure,
Et, comme on voit le cœur d’une grenade mûre,
La blessure apparut, dans la blanche pâleur
De son sein délicat et fier comme une fleur.
La haine et la fureur crispaient encor sa bouche,
Et sur ses bras hardis, comme un fleuve farouche
Se précipite avec d’indomptables élans,
Tombaient ses noirs cheveux, hérissés et sanglants.
Le divin meurtrier regarda sa victime.
Et, tout à coup sentant dans son cœur magnanime

Une douleur amère, il admira longtemps
Cette guerrière morte aux beaux cheveux flottants
Dont nul époux n’avait mérité les caresses,
Et sa beauté pareille à celle des Déesses.
Puis il pleura. Longtemps, au bruit de ses sanglots,
Ses larmes de ses yeux brûlants en larges flots
Ruisselèrent, et, comme un lys pur qui frissonne,
Il baignait de ses pleurs le front de l’amazone.
Tous ceux qui sur leurs nefs, jeunes et pleins de jours,
Pour abattre Ilios environné de tours
L’avaient accompagné, fendant la mer stérile,
Frémissaient dans leurs cœurs, à voir pleurer Achille.
Mais seul Thersite, louche et boiteux et tortu
Et chauve, et n’ayant plus sur son crâne pointu
Que des cheveux épars comme des herbes folles,
Outragea le héros par ces dures paroles :
Cette femme a tué les meilleurs de nos chefs,
Dit-il, puis les ayant chassés jusqu’à leurs nefs,
Envoya chez Aidès, les perçant de ses flèches,
Des Achéens nombreux comme des feuilles sèches
Que le vent enveloppe en son tourbillon fou ;
Toi cependant, chacun le voit, cœur lâche et mou,
Qui te plains et gémis comme le cerf qui brame,
Tu pleures cette femme avec des pleurs de femme !
À ces mots, regardant le railleur insensé,
Achille s’éveilla, comme un lion blessé
Sur le sable sanglant qu’un vent brûlant balaie,
Dont un insecte affreux vient tourmenter la plaie,

Et, voyant près de lui ce bouffon sans vertu,
Il le frappa du poing sur son crâne pointu.
Thersite expira. Car le poing fermé d’Achille
Avait fait cent morceaux de son crâne débile,
De même que l’argile informe cuite au four
Est fracassée avec un grand bruit à l’entour,
Alors que le potier, justement pris de rage
Et fâché d’avoir mal réussi son ouvrage,
En se ruant dessus brise un vase tout neuf.
Il tomba lourdement, assommé comme un bœuf,
Et, regardant encor la guerrière sans armes,
Achille aux pieds légers versait toujours des larmes.

Détail de sarcophage représentant nos deux guerrier.e.s, 180 après JC. Retrouvé à Thessalonique, vous pouvez tout naturellement l’admirer aujourd’hui… au Louvre. 

Le plus grand retournement scénaristique depuis Usual Suspect

Octobre 2016 : Les habitant.e.s de Lesbos auront-ils le prix Nobel de la paix ? 


Janvier 2020 : Lesbos est-elle la honte de l’Europe ?

L’arrivée massive de migrant.e.s Afghans, Syriens et Irakiens venu.e.s chercher l’asile en Union Européenne depuis 2015 a radicalement transformée l’île qui se situe à moins de 15 kilomètres des côtes turques. L’UE avec la complicité du gouvernement grec a cherché, et a réussi à trouver, les limites de la générosité. 

Tout avait pourtant bien commencé. En novembre 2015, un groupe d’universitaires lance même une pétition signée par près de 700 000 personnes pour que les habitant.e.s de l’île reçoivent le prix Nobel de la paix. Sauvetages de bateaux par les pêcheurs, distribution de nourriture, hébergement dans les familles… les initiatives sont nombreuses et la solidarité est belle. Seulement, avec jusqu’à 10 000 arrivées par jour et pris dans un tourbillon sans fin d’arrivées et de retours (car certains migrant.e.s ayant réussis à rejoindre Athènes sont renvoyé.e.s à Lesbos), les locaux voient la situation leur échapper. Le désespoir s’installe alors que l’UE reste silencieuse. 

«Θέλουμε πίσω τα νησιά μας, θέλουμε πίσω τη ζωή μας» (Nous voulons retrouver notre île, nous voulons retrouver nos vies) ont crié les habitant.e.s de Lesbos à Mytilène fin janvier 2020. Ce cri de colère qui sent fort le repli identitaire est difficile à entendre. Plus encore, les attaques des migrants « briseurs de quarantaines » ou d’ONG par des locaux aux idées fascisantes sont les signaux gravissimes d’une situation intenable. Actuellement, plus de 18 000 migrants sont entassés dans le camp de Moria, conçu pour accueillir 3 000 personnes. Entre 2015 et 2018, le tourisme, principale source de revenus de l’île a diminué de 75%. Aujourd’hui, la population locale, qui craint que la sur-population du camp de Moria, encourage la propagation du virus, se sent plus isolée que jamais. Il n’y a désormais plus que des victimes sur cette île au passé illustre et aux multiples savoir-faire*. 

Un peu d’espoir pour finir ? L’Allemagne et le Luxembourg ont commencé à accueillir de (tout) petits groupes de migrant.e.s isolés dans les îles grecques, principalement des enfants. Dix des 27 pays de l’UE ont promis leur aide. Le 25 avril, 11 000 migrants « vulnérables » ont été transférés des camps se situant dans les îles grecques vers le continent afin de limiter le risque sanitaire. 

*l’ouzo de la ville de Plomari est très réputé ainsi que son huile d’olive. 

Confiné.e.s dans l’huile – Épisode 9

Peut on imaginer TF1 sans Nikos Aliagas ? Nous sommes d’accord, cela n’aurait aucun sens. Dans cet épisode 9, je vous explique pourquoi un monde sans Grec.que.s n’en aurait pas non plus.

Avec cinq millions de Grec.que.s hors des frontières nationales, soit la moitié de sa population, la Grèce est un grand, très grand pays d’émigration. Deux précisions avant de vous épater avec quelques histoires à vous faire danser le sirtaki.
New York, Boston, Chicago, Melbourne, Toronto, Londres et Los Angeles sont les principales villes d’accueil de la diaspora grecque. 

Symbole de la hype grecque et plaisir des yeux, Stefanos Tsitsipras

1. Les frontières n’ont rien à faire dans cette affaire

La nationalité hellénique se transmet par filiation, que vous soyez sur le sol grec ou pas. C’est très simple : Est Grecque toute personne dont l’un des parents au moins est Grec au moment de sa naissance. Grec.que.s de Smyrne, Grec.que.s d’Amérique ou Chypriotes grec.que.s, tous font donc partie de la famille. 

2. Une identité qui va au delà du passeport « ελληνικό » 

La langue, la musique, la danse et la nourriture bien entendu sont des marqueurs très forts qui unissent les Grec.que.s du monde entier. Rien à voir avec une simple question administrative. Reboosté par la victoire surprise de la Grèce à l’Euro 2004 et par la tenue des JO à Athènes la même année, le patriotisme grec a connu un retour de flamme au début du XXIème siècle. La crise économique, qui a obligé près de 500 000 jeunes Grec.que.s à quitter le pays a réactualisé ce lien.

Aujourd’hui, alors que la Grèce vit un moment de fierté grâce à une gestion de la crise sanitaire exemplaire, la diaspora s’en donne à coeur joie pour laisser éclater, non sans ironie, un chauvinisme plutôt bruyant. Bref, être Grec.que n’a jamais été aussi cool.

Aujourd’hui, mieux encore qu’une virée rue de la Huchette à Paris, on discute diaspora grecque du New Jersey à Melbourne, en passant par Paris ! 

Start-up nation

Comme toutes les histoires de migrants, celle-ci commence avec le travail. Si l’immigration grecque du XIXème et début XXème, majoritairement masculine, est d’abord venue prêter main forte aux jeunes industries américaines et australiennes, très vite les Grec.que.s ont fait preuve de trésors d’inventivité pour gagner leur place au soleil. 

Les Milk bar de Melbourne

Une famille Grecque qui vend des milkshakes au Sud de Melbourne, cela vous semble curieux ? C’est pourtant l’histoire des milliers de Milk bars qui ont fait la fortune des Grec.que.s d’Australie dans les années 1960 !

Ce n’est qu’après la Seconde Guerre Mondiale que les Grec.que.s arrivent massivement en Australie grâce à l’accord de 1952 qui facilite leur arrivée. Si certain.e.s viennent directement de Grèce, d’autres ont fait escale dans une autre grande terre d’accueil : les États-Unis d’Amérique. Un tour du monde fructueux car c’est l’origine de l’idée de génie qui va leur permettre de faire oublier leur accent. Plutôt que de servir des souvlaki et de la moussaka, toute la famille est sur le pont pour vendre crèmes glacées, milkshakes, hamburgers, sodas et cigarettes. Et comme décors, on s’approprie le glamour d’Hollywood avec des intérieurs art deco, de grands miroirs et des comptoirs chromés. Ouverts 7/7 et jusque tard le soir, les Milk bars sont des lieux accueillant toutes les bourses où le service est rapide et chaleureux. 

Référence : Greek Cafes & Milk Bars of Australia, de Effy Alexakis et Leonard Janiszewski

Les diner americains

Des colonnades, une statue bien kitch style greco-romain à l’entrée et un nom, comme Olympia cafe ou Odyssey diner, aux accents helléniques ? Autant d’indices que vous êtes devant un diner (on prononce « dayneur ») américain fondé par nul autre qu’un ou une Grec.que ! 

La grande vague d’immigration des années 1950 coïncide avec le développement des diner aux États-Unis, ces restaurants en service continu où l’on peut commander des pancakes en plein après-midi et se faire resservir du café toutes les dix minutes. Ce sont dans ces restaurants que les premiers arrivants grecs vont trouver du travail, plutôt à la plonge qu’à la caisse d’ailleurs. Mais peu à peu, les opportunités se présentent car l’immigration grecque possède justement toutes les qualités pour faire tourner ces établissements. La culture du restaurant familial coule dans leurs veines ! Loin des chaînes où le profit de chaque plat est maximisé, ils et elles savent qu’un restaurant tourne grâce aux habitué.e.s. C’est ce qui fera le succès des milliers de diners « grecs ». 

Les gyros… partout

Pourquoi faire compliqué quand on connait la recette ? Emprunté aux frères-ennemis Turcs qui l’ont rendue célèbre à Berlin au début des années 1970, la broche qui tourne demeure la porte d’entrée pour tous les restos grecs du monde aujourd’hui.

Une pensée à mon cousin Alexis avec qui, à l’âge de 13 ans, nous mangions, tous les soirs, deux gyros chacun,  απ’ολα (pour moi) et χωρις τζατζικι (pour lui) pendant de longues vacances de février à Sitia.

Le quatre à la suite : Grecque ou pas grec ?

À cause de leurs patronymes souvent très identifiables pour ne pas dire encombrant*, une ascendance grecque n’est pas facile à camoufler. Cependant, les Grec.que.s de la diaspora, 1ère, 2ème ou 3ème génération se cachent partout, jusque dans les plus hautes sphères.

Serez-vous reconnaître ces vedettes qui ont fait la gloire de la communauté hellénique d’ici et d’ailleurs ?

#1

Fille de l’acteur Crétois John Anastassakis et de l’actrice Nancy Dow, je passe un an en Grèce avant mes 6 ans. J’enchaîne les petits rôles pour la télévision au début des années 90 avant de connaître le succès avec une série désormais cultissime de NBC. J’y joue le rôle d’une serveuse devenue executive women chez Ralf Lauren, mon histoire d’amour tumultueuse avec Rossmarquera éternellement les coeurs. Après Friends, je joue dans de nombreuses comédies sur grand écran. Je suis, je suis… 
 

#2

Ma mère, une Grecque de Sparte, épouse mon père, immigré de la deuxième génération dans les années 1960 et je nais à Washington en 1971. A l’âge de 7 ans, ma famille déménage en Californie ce qui me permettra de profiter du temps clément pour passer tout mon temps sur les courts, une raquette à la main. Je mets un terme à ma carrière sportive en 2002, en battant Angré Agassi en finale de l’US Open. Légende du tennis, j’ai gagné quatorze Grands Chelem dont sept Wimbledon. Surnommé « Pistol Pete », je suis, je suis…

#3

C’est ma mère Litsa, qui me pousse vers la musique et c’est elle qui me contraint à chanter durant toute mon enfance, voulant faire de moi une enfant star.  En 1937, à l’âge de quatorze ans, je quitte les États-Unis pour rentrer en Grèce. Je passe deux ans au conservatoire national d’Athènes où je découvre tout le potentiel de ma voix de soprano. La suite appartient à la légende… Je chante La Gioconda de Ponchielli aux arènes de Vérone en 1947 puis à la Scala de Milan et très vite dans toutes les plus grandes salles de spectacle du monde. Je suis la cantatrice la plus célèbre du XXème siècle, je suis, je suis…
 

#4
 

Né en Anatolie au début du XXème siècle, ma famille immigre aux États-Unis en 1913. Nous nous installons dans un premier temps dans le quartier grec de Harlem où mon père, Yorgos Kazantzoglou, devient marchand de tapis. Je raconte mon enfance et mon rêve américain dans mon autobiographie America America que j’adapte aussi au cinéma. Je réalise de nombreux films à partir des années 1940 dont Un tramway nommé Désir avec Marlon Brando et à L’est de l’Eden avec James Dean. Stanley Kubrick a dit de moi que je suis « sans aucun doute, le plus grand réalisateur que nous ayons aux Etats-Unis », je suis, je suis… 

#5

Je suis née en Crète à Chania en 1934 et dès l’âge de 6 ans, mon timbre de voix unique est remarqué. Je m’installe à Paris en 1960 et je représente le Luxembourg au concours de l’Eurovision en 1963 avec la chanson À force de prier. Avec mon ami Michel Legrand, j’enregistre la bande originale du film Les parapluies de Cherbourg. L’album Le Jour où la colombe de 1967 fait de moi une star en France et mon plus grand succès est probablement Je chante avec toi Liberté. Reconnaissable entre mille grâce à mes grandes lunettes noires**, je suis, je suis…

 

#6

Grec d’adoption, je compense mon absence de sang grec par mon engagement fidèle à la culture hellène ainsi qu’à l’église orthodoxe. Je m’y marie en 1988 avec l’actrice d’origine grecque Rita Wilson et je passe, depuis, toutes mes vacances sur l’île d’Antiparos. Le président Grec Pavlòpoulos fait de moi un citoyen d’honneur en décembre 2019. On me surnomme « the nicest guy in Hollywood » et je cumule à moi seul plus de 9 milliards de dollars de box office avec mes 45 films. Deux fois oscarisé grâce à mes performances dans Philadelphia et Forrest Gump. Je suis, je suis… 

*Papadopoulos, c’est rarement suédois 
** le grand-père de la signataire de cette lettre me considère comme la plus belle femme du monde

LES RÉPONSES !!

Jennifer Aniston, Pete Sampras, Maria Callas, Elia Kazan, Nana Mouskouri, Tom Hanks (eh oui !)

Confiné.e.s dans l’huile – Épisode 8

Vous n’avez pas fait un seul cours de yoga à distance ? Il vous est impossible de vous concentrer, même devant le bureau des légendes ? Vos enfants passent cinq heures par jour devant la télé quand vous aviez juré que jamais, JA-MAIS !, ils n’approcheraient un écran avant leurs dix huit ans ? Rassurez-vous car il y a au moins un engagement envers lequel vous n’avez pas failli : une bouteille à a été ouverte chaque jour confiné.

Loin de moi d’encourager l’alcoolisme mais j’ai conscience que quand les temps sont durs, les bouchons sautent plus facilement. Alors aujourd’hui on parle d’alcool, sans attendre l’apéro.

Après avoir lu ce qu’il suit, vous en saurez sur Dionysos, Dieu de la vigne, vous aurez joué avec les alcools crétois et pourrez profiter le bon plan de ma soeur Léa : 6 bouteilles pour 59€ transport compris de sa sélection Vins d’avenir livrées chez vous. 

Zeus et Dionysos : une paternité maternelle 

La Mythologie m’a donné plus d’une fois eu l’occasion de vous parler de maternité. Celle de Déméter, qui la porte jusque dans son nom ou celle disons… contrariée d’Héra. Dionysos nous permet d’aborder cette fois le sujet de la paternité.

On a été habitué.e.s à étudier la paternité comme source de conflits : c’est en tuant son père Cronos, qui s’est lui-même opposé à son père Ouranos, que Zeus prend le pouvoir sur l’Olympe. Comme dans le cas d’Oedipe et Laios, pour un homme, donner naissance est souvent une projection de sa propre mort.

Mais le mythe de Dionysos permet d’entr’apercevoir un autre type de relation père-fils : Une relation aimante, protectrice, que l’on pourrait qualifier de maternelle.  

Dionysos est né des amours de Sémélé et de Zeus. Manipulée par la jalouse Héra qui la sait enceinte, elle supplie son amant de la laisser le contempler dans toute sa splendeur. Mais ne pouvant supporter la vue de ses éclairs, elle brûle. Zeus retire alors son fils du ventre de sa mère et le place dans sa cuisse pour mener la gestation à son terme. Dionysos est donc le Dieu « né deux fois », d’abord de sa mère puis de son père*.

La naissance de Dionysos – Détail d’une céramique du IVème avant JC

Cet épisode est raconté dans les Bacchantes d’Euripide :

Dans les transes des maternelles douleurs, quand tomba la foudre ailée de Zeus, sortit de la matrice avant l’heure – car sa mère foudroyée venait de quitter la vie… À l’instant Zeus le Kronide lui ménage un abri d’où il naîtra : dans sa cuisse il le dissimule et l’enferme, au moyen d’agrafes d’or, et le cache ainsi d’Héra… Et lorsque le terme vint, fixé par les Destinées, il le mit au jour, ce Dieu, encorné comme un taureau…

Ce rôle maternel, Zeus l’assume au même point d’éprouver les douleurs de l’enfantement dans la version d’en donne Euripide. 

On notera que Dionysos, fils d’une mortelle, n’est pas un demi-Dieu mais bien un Dieu à part entière. Comme si son séjour dans la cuisse de son père avait supprimé tout héritage maternel. 

Mosaïque du IVème siècle

Mais son ascendance très masculine ne le prive pas de qualités féminines, au contraire ! Dionysos, Dieu aux diverses représentations, ne se contente pas d’être le Dieu du vin : il est aussi le Dieu de la fécondité et du renouveau saisonnier. Son culte est essentiellement porté par des femmes, notamment lors des Dyonisies. Icône de la masculinité, on rappelle que les Dionysies consistent dans la procession d’un phallus géant, il est en même temps un dieu habillé en femme, avec des cheveux longs. Une ambiguïté qui fait de lui l’un des Dieux les plus intéressants de la Grèce Antique.

* thème repris avec plus ou moins de brio dans les films Junior avec Arnold Schwarzenegger ou L’Événement le plus important depuis que l’homme a marché sur la Lune de Jacques Demi

Un de perdu, un Dionysos de retrouvé 

Quand Thésée parvient à sortir du labyrinthe du roi Minos et à échapper au terrible Minautore grâce à l’astucieuse Ariane, il est bien décidé de rentrer à Athènes avec sa sauveuse. Ariane quitte alors son père et la Crète pour l’aventure de l’amour avec son héros.

Dionysos et Ariane, Albacini , XVIIIe siècle

Pourtant, il ne faudra pas longtemps pour que la romance se transforme en cauchemar : en escale sur l’île de Naxos, Ariane s’assoupi un instant. Mais à son réveil, Thésée est parti en l’abandonnant sur l’île. En matière d’ingratitude, difficile de faire mieux. Heureusement Dionysos passe bientôt par ici et tombe fou amoureux d’elle. En cadeau de mariage, il offre à notre amoureuse une couronne d’or, oeuvre d’Héphaïstos, puis il place la parure de mariée dans le ciel pour former la constellation de la couronne boréale et Zeus, pour récompenser son fils bien-aimé, fait d’elle une immortelle.

C’est ce qu’on appelle le karma.

Jean-Pierre Vernant : « Dionysos, c’est la figure de l’autre »

Je vous recommande chaudement l’entretien de Jean-Pierre Vernant à la Radio Télévision Suisse sur le thème de Dionysos. Il a été réalisé en 2002 mais certaines citations comme «C’est un dieu vagabond. Il arrive dans les villes comme une maladie, une épidémie» sonnent plus actuelles que jamais. 
Voilà 32 minutes bien utilisées.

Cliquez ici pour y accéder.

La meilleure nouvelle depuis le début du confinement 

Ma soeur Léa dont je vous ai déjà parlé a créé pour le confinement une offre tout à fait exceptionnelle :  


59€ transport compris les 6 bouteilles ! 

Marche à suivre :
1. Faites votre choix parmi les 6 offres ci-dessous
(100% rouges, 100% blanc, vins puissants ou plus légers…)
2. Envoyez un mail à lea@sarments.fr
3. Le confinement devient beaucoup plus supportable 

Pour rappel, Vins d’avenir ne propose que des bouteilles de petits producteurs, en bio ou biodynamie. Alors on peut picoler sans culpabiliser (pour son porte-monnaie et la planète. Le foie, c’est autre chose). 

Pour voir l’offre confinement de ma soeur Léa en plus gros, cliquez ici ! 

Yamas !

Trouverez vous quels alcools crétois se cachent derrière ces rébus ?

Un plus difficile pour finir :

Confiné.e.s dans l’huile – Épisode 7 (Partie 2)

Pour ce deuxième chapitre de notre mini-série consacrée au mariage grec, on s’intéresse à deux divinités habituellement appelées déesse ou dieu du mariage. 

Pour rester dans le thème je vous proposerai une recommandation culturelle, enfin…, disons une recommandation tout court !

Mariage et mythologie

La mariage est un thème récurrent de la mythologie grecque. Plus volontiers comme prétexte pour une guerre, on pense à celui d’Hélène et Paris, que pour pour vanter la félicité de la vie maritale d’ailleurs. Les Grecs anciens différencient le mariage de l’amour, de la sexualité et même de la famille*. Chez les Dieux, nul besoin de sentiments, le mariage vous sera généralement imposé, le plus souvent par Zeus lui même. C’est ce qui arrive par exemple à Aphrodite et Héphaïstos ou Perséphone et Hadès. Parfois, il est le fruit d’une malédiction comme pour Jocaste et Oedipe. Bref, loin très loin du « il se marièrent et eurent beaucoup d’enfants« . 

Deux divinités portent plus spécifiquement en elles la symbolique du mariage. 

Mariage de Zeus et d’Héra sur le mont Ida, Pompéi

Héra (Hρα)représente l’union conjugale en opposition à la maternité. D’ailleurs, l’épouse de Zeus n’est guère féconde : ses enfants sont des divinités mineures (Hébé) ou en conflit avec elle (Héphaïstos). C’est avec d’autres épouses (Létô, Maïa, Dioné, Sémélé…) ou seul (pour Athéna) que Zeus engendre les grandes divinités. 
Héra tente, souvent en vain, de défendre les intérêts de ses enfants légitimes. Mais ce souci s’exprime bien plus dans son acharnement pour les enfants adultérins que par sa sollicitude pour ses propres enfants. D’ailleurs, quand elle met au monde Héphaïstos, fâchée d’avoir enfanté un être boiteux, elle le lance du haut du ciel ! Dans la mythologie, l’épouse et la mère ne se trouvent pas dans la même personne… 

Il est très intéressant de noter que Héra a connu un retour de grâce au XIXème puis XXème siècle en Grèce sous l’influence de l’Église orthodoxe. Loin de la débauche Zeus, de l’infidèle Aphrodite, des amours homosexuels d’Apollon ou de l’indépendante et rebelle Athéna, Héra, elle, remplit tous les critères de la parfaite épouse chrétienne. l’Église orthodoxe, qui je le rappelle a été à l’origine de la guerre d’indépendance de 1821 et qui exerce toujours une influence majeure en Grèce, décide habilement de s’emparer de cette figure pour prôner un ordre social normé et conservateur. Difficile dans ce pays toujours ramené à son antiquité illustre de s’affranchir tout à fait de ses mythologies. Alors un travail de réécriture se met à l’oeuvre. Jusque dans les années 1960, les jeunes enfants Grecs apprennent par exemple à l’école qu’Héra est la mère d’Athéna. Ainsi, la déesse amère et malveillante décrite par Ovide ou Homère devient la mère aimante de la protectrice de la capitale. 

Je vous déclare unis par les liens du mariage…. 
Détail d’une céramique, Grèce, Vème siècle avant J

Hymen (Ὑμέναιος), lui, est une divinité qui apparait bien plus tard et c’est les Romains qui feront de lui le Dieu du mariage. Appelé Hyménaios chez les Grecs, on le découvre chez Homère et Hésiode mais il désigne le chant nuptial qui accompagne la future mariée vers la demeure de son époux. C’est Euripide qui, le premier, invoque Hyménaios en tant que divinité. 

Une des légendes tardives les plus célèbres est celle qui l’oppose aux pirates. Ce fils de Caliope et d’Apollon est si beau qu’il est souvent pris pour une femme, ce qui n’empêche pas ce jeune Athénien d’être ignoré par l’élue de son coeur. Pour s’approcher d’elle, il se déguise en vieille femme et se glisse parmi le groupe d’amies. Elles sont justement sur le départ pour se rendre à Éleusis pour sacrifier à Démeter**. Mais à cet instant, des pirates les font prisonnières et prennent avec elles notre malchanceux Hyménaios***. Celui-ci va profiter de ces circonstances malheureuses pour prouver sa valeur. Il attend la nuit et, à lui seul, tue les pirates. Il rentre alors à Athènes et promet de rendre les jeunes filles à condition qu’on lui donne en mariage celle qui l’aime. 

* Une situation similaire à la notre donc
 ** les lecteurs et lectrices les plus appliqué.e.s remarqueront que les newsletter se répondent entre elles 
  *** qui aurait déclaré « je suis pas venu ici pour souffrir ok? »

Rubrique 7ème art : Mariage à la grecque

On commencera par dire que le titre original de ce chef d’oeuvre est beaucoup plus explicite : my big fat greek wedding.

Au cas où quelqu’un aurait l’espoir qu’on éviterait les clichés, la fameuse police de caractères « grecque » de l’affiche permet éviter toute confusion. On utilise le sigma, le « s » grec, comme un « e » ? Peu importe, nous sommes à Hollywood !

Mais avec le bon état d’esprit (avec du vin donc), on saura apprécier quelques répliques cultes et se dire que finalement, notre famille est vraiment super. 

Avec un budget de 5 millions de dollars, le film a rapporté près de 370 millions, dont 90% sont attribués par moi-même à la diaspora grecque que l’on sait nombreuse et nostalgique !

COVID-19 : Mais pourquoi les Grec.que.s s’en sortent si bien ?

La Grèce compte le nombre de décès le plus bas d’Europe, la barre des 100 morts venant tout juste d’être franchie. Explication sur ce succès sanitaire. 

Pourtant « théoriquement, la Grèce se présentait comme la victime idéale de la pandémie. Le système sanitaire est affaibli par une décennie de coupes sauvages et les habitudes font que les gens vivent beaucoup à l’extérieur » affirme Filippos Filippidis, chercheur à l’Imperial College au Corriere della Sera. À ces deux facteurs de risque, on peut ajouter la situation dramatique dans les camps de migrants et la géographie du pays, constitué de plus de 6 000 îles. 

L’explication est simple : toutes les mesures ont été prises très tôt. Annulation de tous les carnavals qui précèdent Pacques dès le mois de février, confinement de la population et fermetures des écoles mi-mars alors que le pays comptait à peine plus de 100 cas, placement en quarantaine de tous les voyageurs arrivant de l’étranger, hôpitaux réservés aux patients atteints du coronavirus pour circonscrire les contaminés et surtout interdiction des baignades en mer ! 

Athènes en plein confinement

Alors que les Grecs fêteront Pâques dimanche prochain, le 19 avril. Une interdiction totale de circulation est en étude par le gouvernement pour empêcher les urbains de rejoindre leur village familial pour la fête religieuse la plus importante de l’année.

Même s’il ne faut jamais crier victoire trop tôt, l’inquiétude est aujourd’hui surtout économique. Certaines mesures se décident comme l’aide de 800€ que les travailleurs non-salariés pourront demander à partir d’aujourd’hui ou ce fond spécial destiné à aider l’industrie du tourisme qui devrait connaître une année blanche. Difficile cependant de ne pas craindre la prochaine crise mondiale pour un pays déjà plus que fragilisé par des années d’austérité. 

Juste pour rigoler, un petit clin d’oeil pour rester dans le thème « fierté grecque » !

Sur le sujet, vous pouvez lire L’Obs qui donne la parole à une Française vit avec son mari Grec et ses enfants dans la périphérie d’Athènes, l’article de Courrier international qui reprend le Corriere della Sera ou cette vidéo très factuelle de CNN.

Pour aller plus loin, je vous recommande aussi la longue interview de l’eurosceptique Olivier Delorme dans la Voix de l’hexagone.